Le calice empoisonné

Encore un polar médiéval, et un nouvel enquêteur. Cette fois, nous sommes à Exeter à la fin du XIIe, pendant le règne de Richard Cœur de Lion. Je découvre cette série avec la 4e aventure ; toutefois, les caractères des personnages sont suffisamment rappelés pour ne pas être perdu.

Le héros est donc John de Wolfe, chevalier qui a combattu en Irlande et a été en croisade avec le roi Richard ; il inaugure la fonction de coroner et doit faire respecter la loi. Or ce rôle est aussi celui du shériff et la rivalité entre les deux est un des moteurs de l’histoire, d’autant plus qu’ils sont beaux-frères et ne s’apprécient guère.

Un naufrage, un viol, un cadavre, un empoisonnement… le coroner John n’a pas de quoi chômer. Ces enquêtes permettent de décrire assez habilement la vie dans la bourgade qu’était alors Exeter, d’évoquer la différences de statut entre normands et saxons, les échanges entre la France et l’Angleterre.

Un petit regret concernant les personnages, leur psychologie et leurs motivations pourraient être plus poussées, il ne suffit pas d’avoir une femme acariâtre et une maîtresse pour être sympathique.

Bernard Knight – Le calice empoisonné, traduit par Jacques Guiod – Pygmalion 2012