Jolie blons bounce

J’hésite à classer ce livre en polar, c’est certes un bon, très bon roman noir, mais c’est surtout un excellent roman superbement écrit avec un belle psychologie des personnages et une ambiance très réussie, comme souvent chez  Burke.

On retrouve Robicheaux, l’adjoint au shérif de la paroisse de New Iberia en Louisiane. Il est très vite confronté  à deux viols et meurtres de jeunes femmes, mais l’enquête n’est pas fondamentale. Robicheaux est confronté à un personnage qui a troublé sa jeunesse, un ancien contremaître qui exploitait sexuellement les ouvrières noires, un être malfaisant que tout le monde redoute. Ce Legion va réveiller les névroses de Robicheaux, sa lutte contre l’alcool, ses souvenirs du Viet-Nam… Notre flic n’est pas seul : Clete, son copain, ancien collègue de la police de New-Orleans est aussi de la partie et semble beaucoup plus fragile.

Burke nous décrit toujours aussi magnifiquement la Louisiane, sa nature exubérante et son climat impossible. Dans cet opus, il parle plus de la condition des pauvres cajuns et des noirs qui restent très dépendants des gros propriétaires. Au fil de ses romans, il nous décrit un Louisiane où les rapports sociaux sont restés ceux de planteurs et de ses esclaves. J’ai peu lu Faulkner à qui on le compare, mais les deux font la description d’une société du Sud profond, complètement figée, la différence de Burke c’est qu’en plus il y a des malfrats et la drogue.

James Lee Burke – Jolie blon’s bounce, traduit par Freddy Michalski – Rivages 2006