Musées à Vienne

Encore un retour sur Vienne ! La ville est très riche en musées et nous en avons visité quelques uns,  bien sûr en privilégiant les artistes viennois du début du XXe siècle car pour moi, Vienne 1900 c’est avant tout Klimt !

klimt
Klimt – Ages de la vie (détail)

Donc honneur à Gustav Klimt à qui le Belvédère rend hommage pour son 150e anniversaire. Quelques œuvres de jeunesse montre un talent académique mais son style évolue et il a peint des natures mortes et de nombreux portraits de femmes totalement sublimées, fines, aériennes. On connait bien ses peintures dorées et je dois avouer que Le baiser est superbe et tout à fait hypnotique. On peut rester longtemps à admirer cette oeuvre superbement mise en valeur sur un mur noir : au fur et à mesure, on rentre dans le tableau et on en découvre de nouveaux détails. En revanche, la Frise Beethoven remontée au pavillon Secession est assez décevante et surtout le prix de l’entrée est excessif.

klimt
Klimt – La dame en blanc
Klimt – Attersee

Le Belvédère a une belle collection de peintres modernes et rend hommage au mouvement Secession dont les autres peintres célèbres sont Schiele et Kokoschka. Je déteste Kokoschka, mais Egon Schiele est assez intéressant, quoique assez torturé. Ce peintre est beaucoup plus présent au Musée Léopold, qui a la plus grande collection de ses œuvres.

schiele
Egon Schiele – Autoportrait 1912
Schiele – Autoportrait

Le Leopold se situe dans le Museum Quartier, ancienne caserne réhabilitée en centre d’art moderne et contemporain, avec une multitude de musées. Ce musée a donc une collection permanente riche de Schiele et de Klimt, il présente aussi des expos temporaires et celle qui se déroulait pendant notre séjour était consacrée aux nus d’homme de 1800 à nos jours, avec une superbe affiche de Pierre et Gilles qui représente 3 footballeurs à poil… et de face ! j’ai beaucoup ri en découvrant les œuvres de Elmgreen & Dragset qui habillent les statues du sculpteur néoclassique Bertel Thorvaldsen ! Le reste ne m’a pas enthousiasmé.

Elmgreen & Dragset – The sheperd

Mes dernières expériences avec l’art moderne ne m’avaient pas convaincues, j’ai changé d’avis à Vienne. D’abord avec Klimt et Schiele et je suis tombé sous le charme de 3 œuvres à l’Albertina, dans la collection Batliner : 2 toiles de Jawlenski et une de Gontcharova.

Jawlenski – Femme au chapeau à fleurs
Gontcharova – Les paons

L’Albertina est aussi le musée où sont conservés les dessins de Durer ; ces salles, ainsi que les appartements historiques, étaient fermées, mais nous avons pu profité de l’exposition Maximilien qui présente quelques belles gravures et peintures et deux ahurissants triomphes, hommages peints et gravés de plusieurs dizaines de mètres de long.

Nous n’étions que quelques jours à Vienne, nous n’avons pas été au Musée de Vienne Karlplatz mais nous avons pu aller au Kunshistorische Museum et son exceptionnelle galerie de peinture. Vraiment, j’ai été bluffé ! les Habsbourg ont été les souverains des Flandres et la collection offre des salles entières (et des grandes) avec des peintures de Bruegel, Rembrandt, Rubens mais aussi des italiens avec Titien, Véronèse… et de nombreux peintres français ou espagnols. Par toutes ces merveilles, j’ai admiré le rendu des broderies et de la dentelle de deux portraits de Rembrandt et j’ai été complètement sous le charme des scènes peintes par Bruegel, et subjugué par les détails de sa Tour de Babel.

 

Quelques peintures :

Autres billets sur Vienne ou Albums photos