La mort à marée basse

AspeJ’avais été un peu sévère avec le premier livre de cette série, Le carré de la vengeance, je suis un peu plus indulgent avec celui-ci. Ce livre ne révolutionne pas la littérature policière, loin de là, mais je me suis laissé porter par l’ambiance.

L’intrigue est assez décousue et très vite sans intérêt : une histoire de notables qui magouillent et se font chanter, un zeste de conflit familial et cela tourne en rond. En revanche, cette histoire est la 6 ou 7e de la série et les personnages récurrents ont pas mal évolué, mûri et sont plus affirmés.

En fait, j’ai été jusqu’au bout du livre uniquement pour savoir comment le commissaire et sa juge de compagne allaient se sortir du pétrin où ils s’étaient mis ! Ce doit être mon côté midinette…

Pieter Aspe – La mort à marée basse, traduit par Marie Belina-Gaetsky et Emmanuèle Sandron – Albin Michel 2010