Raphaël, les dernières années

Je suis plus spécialiste des « finissages » que des vernissages, encore une expo que je vois quelques jours avant la fin ! Elle est consacrée aux dernières années de Raphaël; mort à 37 ans en pleine explosion créative.

Raphaël est un élève du Pérugin qui est aussi influencé par Leonard de Vinci qu’il rencontre à Florence et par Michel-Ange, son concurrent direct à Rome. Cette exposition est d’ailleurs consacrée aux seules années romaines de Raphaël de 1512 à 1520.

On nous présente d’abord ses œuvres religieuses, tableaux d’autel ou saintes familles ; un beau clin d’œil avec une série de St Jean Baptiste largement inspirée de celui de Leonard avant une belle série de madones et quelques portraits, dont la très belle Velata. L’art de Raphaël magnifie les visages, leur donne une douceur extraordinaire, tout en ayant une forte présence.

Le pape Leon X  a confié à Raphaël la décoration de nombreuses pièces des appartements pontificaux, que l’on peut encore admirer au Vatican. Bien sûr, les fresques n’ont pas pu être déplacées mais nous voyons de nombreux dessins préparatoires et leur rendu en photo, mis en place dans l’ensemble de la composition, ou des tapisseries réalisées d’après ces cartons.  Raphaël a beau être un génie et un bourreau de travail, il ne peut pas tout faire tout seul et il est aidé un atelier d’une cinquantaine de personnes. Deux collaborateurs sont particulièrement mis en valeur : Giulio Romano et Gianfrancesco Penni, qui continueront son œuvre après sa mort. Romano développera aussi son propre style et créera le Maniérisme, mais il y manque la finesse, la douceur des toiles du maître. Penni en reste plus proche dans son style, mais sa carrière a été plus courte et il n’a pas fait école.

Raphaël - La Velata 1516