Alceste à bicyclette

Le Misanthrope est tendance cette année ! Roland Giraud joue une pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt où un acteur reçoit la visite d’Alceste et ce film Alceste à bicyclette est aussi centré autour de la pièce de Molière.

Gauthier Valence (Wilson), acteur célèbre héros d’une série télé, va rendre visite Serge Tanneur (Luchini), ancien acteur retiré sur l’île de Ré, pour lui proposer le rôle de Philinte dans un Misanthrope qu’il s’apprête à monter. Tanneur, dépressif, est retiré du monde et n’a plus envie de jouer mais a toujours rêvé du rôle d’Alceste. Pour le décider, Valence accepte de rester quelques jours avec lui à lire la pièce et pense partager les rôles.

Le film a une histoire un peu légère et gentillette, une légère satire des bobos de l’île de Ré et des prix de l’immobilier plus chers qu’à Paris. L’intérêt de ce film est de montrer ce travail d’acteurs qui s’approprient une pièce, essayent différents tons, imaginent le vécu du personnage pour se mettre dans sa peau, se disputent sur la diction des alexandrins. C’est assez minimaliste, presque un huis-clos et tout à fait passionnant. La même scène du Misanthrope a dû être lue une vingtaine de fois sans jamais lasser.

On monte régulièrement Le Bourgeois gentilhomme ou Tartuffe, je crois que je n’ais jamais vu Le Misanthrope au théâtre, ce film me donne envie de théâtre.

Alceste à Bicyclette, un film de Philippe Leguay (réalisateur des Femmes du 6e étage), avec Fabrice Lucchini et Lambert Wilson