Eugène Boudin

Eugène Boudin (1824-1898) n’est pas que le peintre de Trouville et de Honfleur, j’ai découvert les autres aspects de ce peintre dans l’expo qui démarre au musée Jacquemart-André.
Bien que proche des impressionnistes, Boudin est plutôt leur précurseur. Autodidacte, il s’inspire de l’école de Barbizon pour rendre la nature. L’expo évoque son parcours autour de plusieurs thèmes : les plages mondaines, les marines et les ciels, la variation et les œuvres de vieillesse lorsqu’il a découvert la lumière du Sud.

Les plages et bords de mer ne surprennent pas, c’est ce qui le fait connaître. J’ai apprécié la mise en scène, le rendu qui est plus évocateur que descriptif.

J’ai découvert un peintre de marines qui donne une place extraordinaire au ciel ; les quelques études de ciels au pastel justifient l’appellation « roi des ciels ». La Meuse à Rotterdam ou la Frégate russe mettent évidence la transparence de l’eau ou les détails des bateaux, mais je suis resté admiratif devant Coup de vent à Frascatti qui représente une scène de tempête où la lumière semble venir de la mer et éclaire un ciel sombre, plein d’orage, ce que Baudelaire qualifiait de « beautés météorologiques ».

Boudin a aussi été à Venise, il arrive à rendre la brume de Venise à y donner une atmosphère normande tout à fait particulière. Il a découvert le Sud sur le tard et la lumière beaucoup crue semble aussi l’avoir inspirée, j’ai une préférence pour les Fortifications d’Antibes.

Expo du 22 mars au 22 juillet 2013

Plage aux environs de Trouville
La Meuse à Rotterdam
Pêcheuses sur la plage de Berck
Marée montante
Venise, le quai des Esclavons et la Salute