Romulus

Ovide ne consacre que quelques mots à la fondation de Rome, c’est pourtant une histoire intéressante.

Procas, roi du Latium, a deux fils : Numitor et Amulius.  A la mort du père, Numitor hérite du trône mais son frère veut la place, le détrône, tue ses héritiers mâles et fait de sa fille Rhéa Silvia (aussi appelée Ilia) une vestale qui doit donc rester vierge toute sa vie.

Mais voilà que Mars voit la jeune femme, en tombe amoureux et lui fait des jumeaux : Romulus et Rémus. Amulius emmure la fautive et fait jeter les bambins dans le Tibre. Le fleuve les dépose à l’entrée d’une grotte et ils sont nourris par une louve. Une autre version dit qu’ils sont recueillis par Faustulus et sa compagne Acca Larentia, ancienne prostituée (qui se dit louve en latin).

Devenus adultes, les jumeaux éliminent Amulius et remettent leur grand-père sur le trône, puis décident de bâtir une ville. Il confient aux augures le soin de décider lequel donnera son nom à la ville, Rémus voit en premier les vautours, mais Romulus en voit plus ; c’est lui qui gagne en modifiant un peu les règles…
Romulus commence à tracer les remparts avec une araire et Rémus s’amuse à franchir le tracé. Romulus n’est pas content que l’on se moque de sa ville et tue son frère ! Une autre version dit que Rémus s’est simplement enfui, qu’il est arrivé en Gaule et a construit la ville qui a pris son nom : Reims alors que les Siennois se réclament de Senius, le fils de Rémus.

Rome a donc été fondé pendant les fêtes des Palilies, le 21 avril -753, et la ville n’est d’abord peuplée que d’hommes. Devant le refus du peuple voisin, les Sabins, de leur donner des épouses, les Romains enlèvent leurs jeunes filles (30 ou plus ?) et Romulus se marie à l’une d’elles : Hersilie. Il n’en faut pas plus pour que le sénat Sabin de la ville de Cures, dirigé par Tatius, déclenche la guerre. Romulus gagne les premières batailles contre les villes de Caenina et Antemnae, son épouse intercède et les habitants ne sont pas tués mais intégrés à Rome.

Une romaine, Tarpeia, trahit Rome et ouvre les portes, elle demande comme récompense ce que les Sabins portent au bras gauche. Elle s’attendait à récupérer les bracelets d’or, elle aura leurs boucliers et meurt écrasée par leur poids, au lieu dit la Roche Tarpéienne. Junon aide les Sabins à ouvrir les portes et les envahisseurs tuent les Romains dans leur sommeil. Vénus (mère d’Enée) ne peut pas fermer les portes car un dieu ne doit pas défaire ce qu’a fait un autre, elle demande de l’aide aux Naïades qui font jaillir une source qui devient brûlante et porteuse de feu, barrant la route aux Sabins.

Romulus, en bon fils de Mars, combat les Sabins et la lutte se déroule souvent en famille, les Romains affrontant le père ou le frère de leur épouse. Plutôt que de s’anéantir, les Romains et les Sabins décident de s’entendre, de conclure un traité de paix, Tatius est associé au pouvoir et les Romains, parfois surnommés les Enéades (descendants d’Enée) prennent le nom de Quirites (de la ville de Cures).

Mars obtient de Jupiter que son fils soit placé au ciel, il l’emporte alors qu’il rendait la justice ; si Ovide précise que Romulus rend la justice, c’est bien pour démentir la légende qui en faisait un tyran. Le corps terrestre disparaît et Romulus prend les traits du dieu Quirinus.

On a vu pendant la Guerre de Troie que Junon n’aimait pas les Troyens, haine qui s’est prolongée avec Enée et ses descendants romains. En revanche, elle aime bien les Sabins qui l’honorent et elle envoie Iris prévenir Hersilie de l’apothéose de Romulus. Iris l’emmène sur la colline de Quirinus où un astre tombe, lui enflamme les cheveux et la fait partir dans les airs où elle est recueillie par Quirinus/Romulus qui lui donne un autre corps : elle devient Hora, déesse associée à Quirinus.

D’après Les Métamorphoses d’Ovide

Ovide est un auteur latin, j’ai donc pris les noms romains qui peuvent différents en grec :
Mars=Arès
Junon = Héra
Vénus= Aphrodite