Heureux les heureux

J’ai parlé récemment d’un film choral, la définition peut aussi s’appliquer à ce roman pas convaincant. Une suite de petites séquences ne fait pas une histoire, même si les personnages ont un lien entre eux. Certes, c’est moins mauvais que le dernier Foenkinos, le style est plus fluide, mais je reste sur ma faim.

Ce roman est donc une succession de petits chapitres centrés autour d’un personnage, différent à chaque fois. L’idée est bonne mais l’ensemble reste décousu, juxtaposition de saynètes parfois amusantes. Quelques chapitres pourraient être considérés comme une petite nouvelle, sans révolutionner le genre.

Peut-on résumer ? Même pas, car c’est creux.

Yasmina Reza – Heureux les heureux – Flammarion 2013