Catégories
Ailleurs Légendes

Dormition

L’abbaye de Solesmes a une belle Mise au tombeau de la fin du XVe (1496) dans le transept de son église.

Un ensemble décore aussi l’autre transept, il comporte 6 groupes sculptés avec une centaine de personnages. Ils semblent de la même époque mais je n’ai pas réussi à trouver la date.

Dormition

Ces groupes sont dédiés à la Vierge et représentent la Dormition, la Pamoison et l’Assomption. La Dormition est peu traitée dans l’art occidental, plus fréquemment dans l’art orthodoxe ; le calendrier garde la trace de la seconde fête mais pas de la première qui se célèbre le même jour.

Le terme « dormition » peut être rapproché d’épisodes de vies des saints qui ne meurent pas mais « s’endorment dans le Seigneur » dans l’attente de la résurrection. Dans la Légende dorée, cet endormissement peut être suite à un martyr, la dormition n’a rien à voir avec ce statut.

Pour comprendre la Dormition de la Vierge, j’ai bien entendu été voir dans la Légende dorée de Voragine. J’ ai bien trouvé la Dormition et l’Assomption mais pas la Pamoison, je ne m’explique donc pas cette scène. Il y a une polémique autour de l’âge de la Vierge à l’heure des événements : a-telle survécu à son fils 12 ou 24 ans ? Comme elle l’aurait eu à 15 ans et qu’il est mort à 33 ans, elle aurait donc 60 ou 72 ans. Cette version se place à Jérusalem et non à Ephèse où une autre tradition dit que la Vierge a accompagné saint Jean.

Marie pleure son fils depuis sa disparition quand un ange vient lui donner la branche d’un palmier du Paradis et lui annonce que cette palme devra précéder son cercueil, trois jours plus tard. Jean est ramené d’Ephèse par voie aérienne et, apprenant la nouvelle, il souhaite que les autres apôtres soient présents et tout le monde est transporté par le même moyen. Tout le monde est réuni et Jésus les rejoint avec une « légion d’anges, la troupe des patriarches, une cohorte de confesseurs et le chœur des vierges », ça en fait du monde !

Jésus demande à sa mère de la rejoindre et l’âme s’en va, s’assoit sur le trône à droite de Jésus (oui, l’âme s’assoit, c’est bien ce qui est dit !). Jésus donne rendez-vous à ses disciples trois jours plus tard et toute la bande se garde bien de pleurer pour qu’on ne puisse pas se moquer d’eux alors qu’ils prêchent la résurrection après la mort.

La BelleLe cercueil est emmené à la vallée de Josaphat (à proximité du Mont des Oliviers, elle est considérée comme la vallée du Jugement dernier), porté par Pierre et Paul, devancé par Jean et accompagné d’anges qui chantent. La procession est entourée d’un nuage qui empêche de voir ce qui se passe mais des juifs l’apprennent et veulent brûler le corps de celle qui a porté celui qu’ils considèrent comme un imposteur. Le chef des prêtres a les mains qui se dessèchent en touchant le cercueil, les assaillants sont aveuglés par les anges mais dès qu’ils disent croire au Christ, les mains redeviennent normales et les aveugles recouvrent la vue.

Trois jours plus tard, Jésus revient avec des anges ; les disciples lui demandent de ressusciter le corps de sa mère et de la placer à sa droite. Alors, l’archange Michel ramène l’âme qui rentre dans le corps qui est aussitôt emmené au ciel par des anges.

Thomas, décidément jamais là quand il faut, n’a pas assisté à l’Assomption et doute ; c’est alors que la ceinture de la Vierge lui tombe du ciel dans les mains, encore nouée, pour lui faire admettre les faits.

Une tunique de la Vierge s’est retrouvée à Chartres. Lors d’une attaque normande, l’évêque s’en sert comme bannière et elle aveugle les attaquants. Les assiégés en profitent pour massacrer les agresseurs mais cela n’a pas plu à la Vierge, la tunique a disparu depuis…

D’après Jacques de Voragine –  La Légende dorée

Toutes les photos viennent du site de l’Abbaye de Solesmes