Judas

Judas est l’apôtre déchu de la liste des Douze pour avoir « vendu » Jésus. Cette dénonciation et le « baiser de Judas » en font le traître suprême depuis le début de la Chrétienté. Un roman de Leo Perutz, Le Judas de Léonard, illustre la difficulté de le représenter.

Les Evangiles canoniques disent qu’il a vendu Jésus pour 30 deniers, qu’il a guidé la garde pour l’appréhender et qu’il s’est pendu rongé par le remords. La somme n’est pas très importante, certains tentent de justifier ses actes et voient en lui un zélote qui juge le Christ trop pacifique et indulgent avec l’envahisseur romain. Par ailleurs, un Evangile de Judas avance la thèse que Judas a agi à la demande de Jésus pour l’aider à se débarrasser de son enveloppe mortelle.

La Légende dorée donne une version assez pittoresque tirée d’un récit apocryphe. Après avoir rempli le devoir conjugal avec son mari Ruben, Ciborée rêve que son enfant va entraîner la perte de son peuple. Un enfant nait effectivement neuf mois plus tard, c’est Judas, mais ses parents ne veulent pas nourrir le destructeur de leur race. Comme ils ne veulent pas le tuer non plus, ils le mettent  dans un panier au bord de l’île d’Iscarioth. La reine de l’île n’a pas d’enfant et le cache, fait croire qu’elle est enceinte et le présente comme son fils au roi qui est tout content d’être père et l’élève selon son rang. La reine a un autre fils, de son mari cette fois, et les bambins sont élevés ensemble, mais Judas bat et fait pleurer le petit.

Un jour, la vérité éclate : Judas plein de honte et de jalousie tue son frère et s’enfuit à Jérusalem. Là, il rencontre Pilate et se lie à lui, les deux coquins se ressemblent fortement de caractère et Judas règne en maître à la cour de Pilate. Un jour que Pilate souhaite goûter aux pommes d’un champ proche de son palais, Judas va les cueillir, il se bagarre avec Ruben, le propriétaire du verger, et le frappe mortellement à la nuque. Judas raconte tout à Pilate qui lui donne les biens du mort et lui fait épouser la veuve.

Ciborée, malheureuse d’avoir noyé son enfant, perdu son mari et forcée de se remarier raconte l’histoire de son fils perdu à Judas qui découvre qu’il a épousé sa mère (eh oui, on retrouve le mythe d’Oedipe !). Sur le conseil de Ciborée, Judas veut faire pénitence et va voir Jésus pour obtenir le rachat de ses pêchés.

Elu au rang des 12 apôtres, il devient le procureur, celui qui gère les finances du groupe, mais vole dans la caisse commune. Un jour, il s’irrite que l’on ne vende pas un parfum offert à Jésus et qui valait 300 deniers ; il vend le Christ pour 30 deniers et récupère ainsi la part qu’il aurait détournée sur la vente !

La honte le prend et il va se pendre, le corps éclate, les boyaux se répandent sur le sol et il meurt en l’air car « ayant offensé les anges dans le ciel et les hommes sur la terre, il avait mérité de mourir entre ciel et terre ».

Il est remplacé comme apôtre par Mathias, le rédacteur des Actes des apôtres.

D’après Jacques de Voragine –  La Légende dorée