Invisible

Autant le dire tout de suite, j’aime Paul Auster depuis longtemps et j’ai lu pas mal de ses livres. Ce dernier roman n’est pas mauvais, mais ce n’est pas son meilleur : il manque la tendresse et le coté onirique de ses autres oeuvres.

Ce roman tourne autour le la vie d’Adam Walker. Roman dans le roman, son histoire est racontée par un de ses anciens condisciples qui découvre le brouillon de ses mémoires.

Tout commence et tourne autour de l’année 1967 : Walker est encore étudiant à Columbia et rencontre Rudolf Born, professeur invité qui lui propose de développer une revue. Walker est très naïf et se retrouve sous la coupe de Born qui est très manipulateur. Une agression sera l’élément déclencheur de la rupture car Adam pense que Born est l’assassin de leur agresseur. Adam se retrouve à Paris, rencontre l’ex maîtresse de Born dont il est amoureux et veut le déconsidérer auprès de sa future femme…

Adam Walker nous livre une version sans doute fantasmée de son année 1967, de ses relations avec Born mais aussi de sa vie et de ses relations amoureuses. Nous ne saurons pas la vérité ; de même que nous n’arriverons pas à déterminer qui est exactement Born, c’est pourtant ce antihéros qui donne de l’intérêt au roman et qui reste en mémoire.

Paul Auster – Invisible, traduit de l’anglais par Christine Le Boeuf – Actes Sud 2010