Brut

Ce roman volumineux est une œuvre ambitieuse, sans doute trop pour un premier roman. C’est un roman d’anticipation politique qui se déroule en Norvège, dans quelques années, quand le pétrole sera hors de prix et que ce petit pays ne saura plus comment gérer la manne financière. L’idée du roman est très séduisante, il est assez bien mené et sa critique d’une société repue est vigoureuse.

En 20… le pétrole est une denrée rare qui vaut plus de 300 dollars le baril ; la Norvège reste un des producteurs et continue à gérer les revenus du pétrole dans un fonds particulier dont les investissements sont sanctionnés par un comité d’éthique. Ce comité est toutefois remis en question car il impose sa vision aux entreprises et devient quasi colonialiste.

Le pays est devenu une monarchie élective et les populistes prennent de plus en plus d’importance, renforçant le sentiment raciste et xénophobe. Ils veulent que les revenus du fonds soient encore plus largement distribués au profit des Norvégiens plutôt que d’investir à l’étranger. Ce rejet des autres mène aussi à plus grande distribution vers les nationaux ; renforce la culture d’assistanat, de loisirs pour mieux écerveler la population et garder le pouvoir : une version moderne de panem et circenses. Dans le même temps, le dispositif de protection des installations pétrolières devient une force de police omnipotente et le roman décrit assez bien l’enchaînement qui amène à un régime préfaciste. C’est d’autant plus impressionnant que bien des phrases pourraient être mises dans un contexte hexagonal.

Le livre reste assez classique, voir terne et fait plutôt penser à une juxtaposition de chapitres ; il est sauvé par quelques fulgurances stylistiques, malheureusement trop rares. J’ai bien aimé le sujet, j’ai été moins convaincu par l’histoire de Kurt Jenssen qui veut terminer avec un dernier honneur et faire partie du comité Nobel ; il finit mal à force de vouloir écraser les autres et d’interférer dans les intérêts pétroliers. En revanche, deux chapitres sont vraiment extraordinaires : la fête de Noël (Jul) dans une famille richissime et surtout le brainstorming pour baptiser un nouveau champ de pétrole qui commence par la dégustation du brut.

Dalibor Frioux – Brut – Le Seuil 2011