Perle de Chine

J’avais deux a priori avant de commencer ce livre ; Pearl Buck est un romancière pour adolescente et cette histoire d’amies d’enfance allait être un peu mièvre, ce que suggère la couverture. Les deux idées étaient fausses et ce livre vaut la peine d’être lu.

Pearl Buck est un romancière américaine dont les romans se déroulent en Chine, pays où elle a vécu une bonne partie de sa vie ; son œuvre a été récompensée en 1938 par un prix Nobel. Ce livre raconte Pearl Buck au travers de son amitié avec Saule Yee. Les deux se sont rencontrées gamines, se sont fréquentées jusqu’au départ définitif de Pearl dans les années 30 et leur amitié a continué malgré cette séparation.

Pearl Buck est la fille d’un missionnaire presbytérien, plus dévoué à la cause qu’à sa famille. Il réussit à créer une petite communauté chrétienne à Chinkiang, ville proche de l’embouchure du Yang Tsé. Ses premiers paroissiens viennent avant tout pour la nourriture qui est fournie et bien peu se convertissent réellement. Le père de Saule fait partie de ces opportunistes mais une amitié profonde de développe entre Saule et la fille du pasteur. Pearl vit complètement comme une chinoise et le roman nous raconte la vie quotidienne dans cette petite ville.

Adulte, Pearl repart faire des études aux USA et revient mariée à un agronome qui cherche à développer de nouvelles techniques en Chine, mariage qui ne durera pas bien longtemps. Pendant ce temps, Saule est devenue la nouvelle épouse d’un opiomane et sert d’esclave à sa nouvelle famille. Elle s’enfuit et trouve refuge auprès de la famille de Pearl qui lui permet de devenir enseignante. Les deux se retrouvent à Nankin et vont faire partie de l’élite  intellectuelle ; Saule se marie à un dirigeant communiste alors que Pearl est forcée de fuir la Chine pour échapper aux nationalistes qui massacrent les occidentaux.

La suite du roman s’attache principalement à Saule et va raconter la Chine communiste. Saule a beau être épouse d’un leader communiste, elle reste assez rétive à l’idéologie et cherche à communiquer avec Pearl malgré l’interdit. A force de le braver, elle se retrouve en prison et résiste à Mme Mao qui veut l’utiliser contre Pearl Buck. Comme tant d’autres, elle va connaître la rééducation, envoyée dans sa ville natale pour y accomplir les besognes les plus viles. Un peu plus tard, son mari et sa fille vont aussi être renvoyés et emprisonnés, lui meurt en détention alors qu’elle retrouve sa fille. Après la mort de Mao et la Révolution culturelle, Saule aura l’autorisation de venir se recueillir aux Etats-Unis sur la tombe de son amie.

Ce livre m’a donné envie de lire Pearl Buck, ce n’est pas rien ! Il offre un résumé de l’histoire de la Chine du XXe siècle, de ses bouleversements et de ses révolutions. En restant dans le domaine du roman, il n’est pas trop manichéen, mais les méchants restent bien sûr la Bande des Quatre…

Anchee Min – Perle de Chine, traduit par Jacques Guiod – Pygmalion 2013