Guillaume et les garçons, à table

Je suis comme ceux qui ne lisent que les prix littéraires, je sélectionne les rares films que je vois en fonction de leurs récompenses ou du buzz qui est fait autour. Le film évènement de ces derniers mois est bien sûr le Gallienne, présenté à  Cannes et dans d’autres festivals largement récompensé par quelques Césars.

C’est drôle, très drôle, mais si c’est le meilleur film du moment, c’est dramatique car cela veut aussi dire que le reste doit être affligeant. Ce film est l’adaptation du spectacle de Guillaume Gallienne consacré aux rapports avec sa mère. Le film intègre complètement le one-man-show dans la mise en scène, c’est plutôt honnête mais je ne trouve pas que la mise en scène ou la réalisation soient à citer comme exemples dans les écoles de cinéma.

Ce coming-out hétéro est touchant : Guillaume a toujours été considéré comme une fille par sa mère, s’en est persuadé et son entourage le catalogue bien évidemment comme homosexuel. La mère étouffante est un beau cas psychiatrique mais c’est son fils qui écume les cabinets de psy et qui nous fait rire (surtout lors de son passage à l’armée). Il ne faut pas se fier aux manières précieuses et à la voix trop haut perchée : au final, Guillaume découvre l’amour avec une fille.

Guillaume et les garçons, à table, un film de Guillaume Gallienne – 2013