9 mois ferme

Après le film de Guillaume Gallienne, voici une autre comédie réussie et récompensée par les Césars.

Ariane Felder est juge d’instruction, célibataire convaincue et toute entière dévouée à son travail. Elle est bien surprise de se découvrir enceinte de 5 mois alors que rien dans sa vie ne permet le moindre doute. Elle a bien un vague souvenir de réveillon avec un juge qui la draguait mais elle est encore plus surprise que les résultats du test de paternité attribue l’enfant à un délinquant, voleur récidiviste en attente de jugement pour avoir agressé sauvagement un petit vieux. Le bandit s’échappe de prison et vient demander de l’aide à Ariane pour dépatouiller son dossier.

Cette comédie improbable est très réjouissante, avec un côté Grand Guignol qui compense les faiblesses du scénario pourtant original (la scène de reconstitution imaginaire de l’agression est tordante, à pleurer de rire). La mise en scène, les éclairages donnent à ce film son cachet qui regarde vers la BD et renforcent son aspect irréaliste.

La caricature est plaisante avec un juge très fin de race et complètement ahuri et un avocat débile et bègue. J’ai un faible pour Sandrine Kiberlain que je trouve toujours excellente et qui endosse merveilleusement ce rôle (césar de la Meilleure actrice tout à fait justifié).

9 mois ferme, un film d’Albert Dupontel, avec Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel – 2013