Yvette Guilbert

Yvette Guilbert est une chanteuse de la Belle Epoque dont je connais l’existence grâce aux dessins de Toulouse Lautrec qui lui avait fait des affiches. Artiste de café concert, elle commencera par des chansons d’Aristide Bruant, Léon Xanroff ou Paul de Kock.  Ces chansons réalistes racontent des saynettes, souvent drôles, parfois coquines ou tragiques.
La deuxième partie de sa carrière la verra interpréter des chansons plus littéraires, poèmes ou chansons du Moyen-Âge, au cours de tournées internationales.

Yvette Guilbert est remise en lumière par un spectacle et un disque de Nathaly Joly. Cette artiste a sélectionné une vingtaine de chansons qu’elle interprète avec talent, juste accompagnée d’un piano. L’ensemble a un petit air coquin avec des merveilles comme Le Fiacre, On dirait que c’est toi ou L’éloge des vieux ; mais une chanson triste comme la Soularde a une force incroyable et reste d’actualité.

Yvette Guilbert a noué une grande amitié avec Freud à qui elle avait été présentée par Mme Charcot. L’originalité de ces reprises est de mettre en valeur cette correspondance, dont certaines lettres inédites. Je dois avouer que je ne suis pas franchement freudolatre et je ne trouve pas ces correspondances extraordinaires, mais elles ont permis de mettre en valeur ce spectacle et d’avoir les honneurs de la presse intello, Télérama en tête. Freud ami d’une chanteuse de varietoche, et pourquoi pas ? On peut se permettre un peu d’ouverture d’esprit et accepter d’aller au delà des apparences, sinon BHL ne serait pas avec Arielle Dombasle, ou Carla avec Nicolas…

CD Nathaly Joly chante Yvette Guilbert + livret de correspondance avec Freud – Marche la route 2010
Disponible par correspondance