Pas son genre

Clément est un intello parisien qui considère qu’il n’y a rien au delà du périph, prend ses petits déjeuners aux Deux Magots et a publié un essai. Il vient de rompre parce qu’il refuse tout engagement de couple et vient d’être nommé prof de philo à Arras. Bien sûr, pour lui c’est un exil, une punition.

Il rencontre Jennyfer, une jeune coiffeuse pétillante qui aime Anna Gavalda et qui ne le croit pas quand il dit qu’il n’a pas la télé. Ils vont commencer une relation, Clément va lui faire lire de la poésie et des philosophes alors que Jennyfer l’emmène voir Jennifer Aniston et chanter au karaoké. Clément garde ses réflexes de classe, doute de tout et reste toujours très réservé alors qu’elle est complètement amoureuse et se livre totalement. Blessée par son indifférence et sa goujaterie, Jennyfer décide de rompre de façon assez brutale.

Bien sûr, les deux sont très stéréotypés, le trait est forcé, mais l’histoire fonctionne très bien. On se rend vite compte que les grands mots et les théories de Clément ne le rendent pas plus intelligent qu’elle et l’amour sincère de Jennyfer est touchant. Bien plus qu’une comédie romantique, c’est une jolie étude de mœurs.

Ce film me permet de découvrir deux acteurs : Loïc Corbery tout en retenue et surtout Emilie Dequenne, ravissante, toute pétillante, jamais caricaturale et qui n’en est que plus crédible quand l’histoire prend un tour plus sombre.

Pas son genre, film de Lucas Delvaux avec Emilie Dequenne et Loïc Corbery – 2014