Brunetti

Donna Leon est un auteur américain qui vit à Venise et prend cette ville comme cadre de ses romans policiers, une bonne douzaine. Guido Brunetti en est le héros récurrent, il est commissaire de police dans sa ville natale et chaque histoire nous plonge dans la vie de Venise. Ce n’est pas la ville touristique qui est décrite, mais plutôt l’arrière du décor, une Italie pourrie par la corruption et la prévarication.

L’intérêt des séries est de retrouver les personnages qui deviennent familiers. Brunetti est marié à Paola, une fille de la noblesse, prof à l’Université et excellente cuisinière ; ils ont deux enfants, Chiara et Rafi, adolescents sans trop de problèmes, si ce n’est ceux des ados.

Brunetti travaille à la Questure et l’équipe qui l’accompagne est souvent la même : Vianello comme adjoint et Alvise comme chaufeur (de vedette). Il a un chef détestable, le commissaire divisionnaire Patta, dont le  plus gros défaut est de ne pas être  vénitien. Egoïste et imbu de sa personne, il privilégie sa propre carrière ; pas très doué comme flic, il aime bien mettre des bâtons dans le pattes de ses collaborateurs si cela peut le servir.
Heureusement, il y a la Signora Elettra, la secrétaire de Patta, qui aide toujours Brunetti. Elle a un charme fou, toujours superbement sapée ; connait plein de monde partout, ce qui aide bien pour trouver les renseignements les plus secrets ; se débrouille merveilleusement bien en informatique ce qui soulage notre commissaire dont elle est une vraie complice.

Brunetti est un vrai vénitien, il parle le dialecte avec les vieux et connait tous les campi et ruelles. Il a ses adresses préférées, il faudrait prendre des notes dans les livres pour connaître les petits bistrots ou les épiceries traditionneles qu’il fréquente, un livre/guide de tourisme vient de sortir pour visiter Venise sur les traces de Brunetti.

Bon vivant, il apprécie la bonne cuisine, celle de son épouse ou des restaurants typiques. Les repas familiaux nous mettent l’eau à la bouche, ils dégottent toujours le bon vin pour accompagner les plats sublimes de Paola.

Les histoires sont bien ficelées et il était inévitable que des adaptations en soient faites. France 3 passe en ce moment une adaptation faite pour la télévision allemande…

A mon sens, le choix des actrices est loupé : aucune classe, aucun charme italien (c’est très subjectif !) ; le plus grand raté est dans le personnage d’Elettra qui devient une simple secrétaire, sans charme ni mystère. Les costumes sont aussi allemands ; comment imaginer que Paola puisse avoir des jupes qui arrivent au mollet et des talons plats ?
C’est une série allemande, donc doublée ; je ne suis pas puriste et le doublage ne me gêne pas habituellement, encore faut-il qu’il soit bien fait ! Là on a droit à des textes à la Derick : 2 de tension, complètement atones. Cela nous donne un rythme très lent en désaccord avec l’image.

Heureusement, la série se passe à Venise ! Elle est bien filmée et il y a suffisamment de vues de la ville, de ses ruelles, de ses places et de ses canaux pour faire passer le tout. Comme les scénarios sont intelligents, on passe quand même un bon moment.

On peut voir les épisodes dans le mois qui suit la diffusion sur France 3.