Une ville pour l’Impressionnisme

En Normandie, l’été 2010 est impressionniste avec un festival consacré à ce mouvement artistique. De nombreux évènements et expositions célèbrent l’Impressionnisme et le Musée des Beaux Arts de Rouen présente une exposition remarquable : Une ville pour l’Impressionnisme : Monet, Pissaro et Gauguin à Rouen.

Les bords de Marne sont associés à Renoir ; les bords de Seine ont été peints par de nombreux peintres qui résidaient à Argenteuil, Chatou ou Giverny ; Rouen est célèbre pour la série des Cathédrale réalisée par Monet. L’intérêt de cette expo est de montrer qu’au-delà de cette série, Rouen a été une source d’inspiration pour de nombreux peintres dans le dernier quart du XIXe. Rouen au XIXe est une ville qui attire : le train la met à peu de distance de Paris et la lumière y est belle ; Turner a déjà été attiré par elle, il est présent par 2 aquarelles très lumineuses.

Monet connait Rouen car il y a de la famille ; il y fera plusieurs séjours, les plus importants sont ceux de 1892 à 1894 qui verront la création de son cycle de Cathédrale. Il l’a représentée une vingtaine de fois, à partir de 3 endroits et avec des éclairages différents selon la lumière du jour et l’ensoleillement. L’exposition présente une dizaine de toiles de la série et c’est extraordinaire d’être plongé au milieu de cette salle : on a vraiment une impression de résonance, d’être devant la cathédrale aux différentes heures du jour, depuis le lever du soleil jusqu’à la nuit, c’est complètement magique !

Un autre peintre est très important à Rouen : Pissaro. Attiré par un collectionneur, il y viendra plusieurs fois. Il fera aussi venir Gauguin, jeune peintre dont les oeuvres présentées ne sont pas caractéristiques : il n’a pas encore été à Pont-Aven et n’a pas trouvé son style, il est plutôt dans l’imitation de Pissaro.

Il y a de nombreuses toiles de Pissaro dans cette exposition mais ce qui retient l’attention est la présentation de 2 séries qu’il a peintes de 1896 à 1898, l’une sur les ponts de Rouen, l’autre sur les quais. Le décor peut changer légèrement, mais il rend à chaque fois l’ambiance du lieu, le climat, la sensation de pluie ou de brume. Pour chaque série, 6 à 7 toiles permettent  de comparer et de mesurer le talent de l’artiste.

L’exposition présente aussi les artistes locaux, il y a eu une école de Rouen représentée par les Mousquetaires, qui sont 4, bien sûr ! Celui qui m’a paru le plus intéressant est Charles Frechon, qui va de l’impressionnisme au pointillisme.

Une ville pour l’Impressionnisme : Monet, Pissaro et Gauguin à Rouen
Rouen, Musée des Beaux-Arts, 4 juin – 26 septembre 2010

Bien évidemment, il est impensable de passer au Musée de Rouen sans aller aussi admirer le superbe Caravage qui est exposé dans la collection permanente : La Flagellation du Christ ! il est très bien exposé et éclaire la salle qui l’abrite. Le cadrage de cette toile est assez serré sur la scène et renforce l’impression de puissance et la lumière est, bien sûr, sublime !