Magnus

Ce roman me laisse une sensation assez bizarre : plutôt intéressant, tant par l’histoire que la forme, mais j’ai l’impression que c’est l’ébauche d’un très grand roman.

Magnus est un ourson qui accompagne le narrateur. Celui-ci s’appelle d’abord Franz-Georg, puis Adam et Magnus. Ce personnage est aussi à la recherche de son identité et semble la trouver à la fin, même si l’allégorie est un peu poussive.
Enfant de nazis, il se retrouve élevé en Angleterre par un oncle,  rejette son ascendance et renait à à plusieurs reprises, à chaque fois qu’il découvre un pan de son passé, qu’une rencontre ou un amour le marque particulièrement.

La forme du roman, fragments pas toujours chronologiques, notules, commentaires, évite de trop appuyer le propos et permet d’éclairer le récit. C’est un bon livre sur le thème de l’identité.

Sylvie GermainMagnus – Albin Michel 2005