Barbara

barbaraVoici un film que j’avais dans mon pense-bête depuis sa sortie ; il ne faut pas désespérer, un passage à la télé permet parfois de rattraper les occasions perdues.

Allemagne de l’Est + 1980, la conjonction des 2 nous renvoie à une époque révolue, à un système policier déjà mis en valeur par La vie des autres. Barbara Wolff, pédiatre, vient d’être mutée dans un coin perdu de province. Cette mutation est une procédure disciplinaire car elle a demandé une autorisation de sortie de territoire et elle est en permanence sous la surveillance de la Stasi. Le médecin-chef, André, est aussi chargé de la surveiller et de faire des rapports sur elle mais lui aussi est victime du système et tente de sympathiser avec cette nouvelle recrue qui refuse tout contact personnel dans son nouvel environnement.

Bien que sur ses gardes, Barbara se prend aussi d’affection pour Stella, une jeune fille qu’elle soigne et s’est enfuie d’un camp de travail. Elle apprécie qu’André modère le système dans la mesure de ses moyens et leurs relations professionnelles s’améliorent mais, en secret, elle prépare sa fuite avec l’aide de son amant de l’Ouest.

Le film est lent pas très causant mais magnifique bien qu’il nous plonge dans des décors « RDA » qui font ressortir la pauvreté. Le harcèlement du policier, le camp de travail de Stella rendent parfaitement l’ambiance du régime totalitaire où chacun est soumis à l’arbitraire de l’autorité. Barbara est un personnage très fort qui est sublimement incarné par une actrice merveilleuse.

Barbara, un film de Christian Petzold, avec Nina Hoss – 2012