Madame Bovary

bovaryJe sens que cette rentrée va être classique… Après avoir apprécié Anna Karénine, je me suis dit que je pouvais relire Madame Bovary.

Ce roman, je l’ai lu ado, à l’école, et je garde le souvenir d’une bonne femme chichiteuse et chiante. Mes souvenirs étaient exacts, Emma est une gourgandine de province qui s’ennuie avec un mari un peu balourd et s’évade de sa médiocrité domestique en prenant des amants. Loin de la passion d’Anna Karénine, c’est tout bêtement pour des dettes qu’Emma se suicide. Bon d’accord, elle a ruiné son ménage et la saisie est proche mais, quand même, c’est une fin crapuleuse, pas très romantique et plutôt pitoyable.

En revanche, quel plaisir de lecture ! Flaubert a un style superbe et ses descriptions ou ses analyses psychologiques sont fines, précises. Les personnages sont très vivants, leurs motivations bien analysées et exposées avec justesse. Le sous-titre annonce Mœurs de  province et cette « comédie humaine » est vraiment ce qui m’a fait apprécier et continuer ce livre.

Gustave Flaubert – Madame Bovary – 1857