Art nouveau, circuit Guimard

Si vous avez apprécié les immeubles de Lavirotte, je vous invite à une nouvelle  balade dans le Paris Art nouveau ; et qui dit « Art nouveau à Paris » dit « Guimard ».

Entrée de metro Guimard
Entrée de métro Guimard

Bien entendu, l’œuvre de Guimard est présente dans quasiment tout Paris grâce au métro mais c’est aussi un architecte prolifique dont l’œuvre a ses inconditionnels (voir le cercle Guimard) et dont une grande partie se situe dans le 16e. On a du mal à imaginer qu’Auteuil était un village rural à peine intégré à Paris à la fin du XIXe et qu’il a connu une urbanisation tardive (non, je n’ai pas dit que les habitants du 16e étaient des bouseux). Ce développement tardif a permis d’édification de nombreux bâtiments, certains Art nouveau, d’autres Art déco. Je vous propose donc un périple pour découvrir quelques immeubles signés Guimard ; malheureusement, on va se contenter des façades, mais j’aurais bien aimé voir les volumes intérieurs.
On va démarrer en bas de la rue La Fontaine, au-dessus de la Maison de la Radio, par l’extraordinaire Castel Béranger, l’œuvre la plus impressionnante et la plus emblématique.

H Guimard - Castel Béranger
H Guimard – Castel Béranger – 18 rue La Fontaine Paris 16e
H Guimard - Castel Béranger
H Guimard – Castel Béranger
H Guimard - Castel Béranger
H Guimard – Castel Béranger

On remonte un tout petit peu la rue et on trouve un ensemble d’immeubles qui fait 2 pâtés de maisons au 17-21 rue La Fontaine, groupe qui démarre 43 rue Gros et se prolonge sur la rue Agar. L’ensemble date de 1911 et a de la gueule ; le bar a beau être caché par un store très moche, il a gardé sa devanture d’origine.

17-19 rue La Fontaine
H Guimard – 17-19 rue La Fontaine
17-19 rue Fontaine
17-19 rue La Fontaine
17-19 rue La Fontaine
17-19 rue La Fontaine

Un peu plus haut la rue François Millet donne dans la rue La Fontaine, on y jette un coup d’œil pour voir l’immeuble Trémois. Immeuble de 1910 assez intéressant, surtout les ferronneries.

11 rue Francois Millet
H Guimard – 11 rue Francois Millet
Guimard 11 rue Francois Millet
11 rue Francois Millet
 11 rue Francois Millet
11 rue Francois Millet
11 rue Francois Millet
11 rue Francois Millet

En continuant à remonter la rue La Fontaine, on voit l’Hôtel Mezzara au 60, lui aussi date de 1911.

Guimard - Hôtel Mezzara
H Guimard – Hôtel Mezzara 60 rue La Fontaine
Guimard - Hôtel Mezzara
Guimard – Hôtel Mezzara

On va ensuite bifurquer vers l’Avenue Mozart pour apercevoir très vite l’Hôtel Guimard. Je vous conseille toutefois de continuer la rue La Fontaine : vous passerez devant le 65, joli immeuble Art déco (ateliers d’artistes), et continuerez jusqu’au 85 pour voir l’immeuble d’Ernest Escher (1905) dont la partie supérieure est très intéressante.

85 rue La Fontaine
E Escher – 85 rue La Fontaine
85 rue La Fontaine
85 rue La Fontaine

On redescend vers l’Avenue Mozart pour voir la maison de l’architecte au 122. Cette maison de 1912 fait l’angle avec la Villa Flore. L’immeuble du 120 a aussi été construit par Guimard en 1927 et n’a plus grand chose a voir avec l’Art nouveau.

122 av Mozart
H Guimard – 122 av Mozart
122 av Mozart
122 av Mozart
122 av Mozart
122 av Mozart

On continue l’avenue Mozart jusqu’à la rue Henri Heine où l’on va voir une autre réalisation tardive de Guimard au 18. L’art nouveau est quasiment abandonné, on voit des prémices d’Art déco.

18 rue Henri Heine
H Guimard – 18 rue Henri Heine
18 rue Henri Heine
18 rue Henri Heine
Guimard 18 rue Henri Heine
18 rue Henri Heine

On poursuit la balade  pour découvrir l’immeuble du 3 square Jasmin avant de rejoindre le métro Jasmin. Cette maison de 1922 est un prototype réalisé par Guimard pour un lotissement. On y trouve une vague air Art nouveau mais aussi des motifs néogothiques. Ce bâtiment en béton est composé d’éléments préfabriqués, on voit que cela n’empêche pas de fignoler : les parpaings sont moulurés.

 3 square Jasmin
H Guimard – 3 square Jasmin
3 square Jasmin
3 square Jasmin
3 square Jasmin
3 square Jasmin

Pour en voir un peu plus sur l’œuvre de Guimard, on va suivre un second itinéraire dans Paris intra-muros ou voir la carte d’un passionné. Toutefois, avant de vous éloigner du quartier, je vous conseille de regarder une autre page de l’histoire de l’architecture écrite à proximité par Le Corbusier (8 et 10 square du docteur Blanche ou 24 rue Nungesser et Coli) et surtout par Mallet-Stevens dans la rue qui porte son nom (angle du 9 rue du docteur Blanche).

Jasmin