L’origine du monde

J’ai ce livre sous la main depuis pas mal de temps : Les Métamorphoses d’Ovide. En fait, je l’ai commencé et abandonné ! J’apprécie les histoires, contes mythologiques de la tradition gréco-latine, mais le style pompeux, ampoulé est insupportable ! et encore j’ai la traduction de Georges Lafaye, préfacée par Jean-Pierre Néraudeau parue en Folio, celle Joseph Chamonnard en GF est horrible ; c’est sans doute que le style d’Ovide est ainsi, plein de métaphores,  métonymies, digressions.

Je le reprends et recommence par la Création du monde. Ovide est très elliptique : il annonce qu’un dieu (indéterminé) a mis de l’ordre dans le chaos originel, organisant les éléments qui y existaient et formant le ciel, la terre et l’air. Ensuite, ce grand architecte arrange tout cela dans un beau globe, crée la mer, décore avec les fleuves et les fontaines, ordonne aux plantes de pousser et répartit les vents : Eurus à l’est, Zephir à l’ouest, Borée au nord et Auster à l’opposé du monde. Il crée les animaux et enfin l’homme, celui-ci dominant les animaux, bien entendu.

Ovide évoque ensuite les 4 âges : l’Age d’or qui est un printemps éternel, où tout pusse naturellement, baigné dans un fleuve de lait ; l’Age d’Argent correspond à l’arrivée au pouvoir de Jupiter, marqué par la création des saisons, de la nécessité de s’abriter dans des maisons ou des grottes et des premières semences ; l’Age de bronze est un âge plus farouche avec des combats violents et enfin l’Age de fer voir arriver la fraude, la perfidie, la trahison et l’appât du gain.
Les dieux sont présents, mais Ovide ne revient pas sur leur origine et leurs liens, je le ferai ultérieurement. Il évoque rapidement le combat des géants et des dieux.

Les dieux sont courroucés à cause de Lycaon qui a servi de la chair humaine à un banquet et a voulu assassiner Jupiter. En punition, ils décident de supprimer toutes les créatures et inondent la terre. Deux titans survivront : Décalion, fils de Prométhée, et Pyrrha. Suite à un oracle, ils lanceront des pierres qui se transformeront en hommes, la boue et la chaleur générant les autres espèces.

On peut comparer avec le récit biblique de la Genèse. En fait, il y a 2 récits : le premier est assez court et raconte les 7 jours de la création par Dieu : la lumière le 1er jour (que la lumière soit, et la lumière fut…) ; les animaux et l’homme le 6e jour, l’homme créé à son image et dominant les animaux, et enfin repos le 7e jour.
Un second récit donne une autre vision, plus imagée : Dieu a tout créé, a façonné l’homme à partir de boue et lui a insufflé son esprit ; pour qu’il ne sente pas seul, il a lui a pris une côte et a créé la femme et les a installé en Eden avec interdiction de goûter au fruit de l’arbre de la connaissance. On sait ce qui s’est passé et voilà Adam et Eve chassés du Paradis avec obligation de travailler la terre pour manger.
Après l’épisode d’Abel et Cain, il se passe quelques belles années où s’épanouissent les patriarches à la durée de vie impressionnante (Mathusalem est l’un d’eux). Enfin, Dieu déclenche le Déluge pour supprimer l’humanité qu’il regrette d’avoir créée car elle se comporte mal. Evidemment, Noé et sa famille sont désignés pour construire l’arche et créer une nouvelle humanité (c’est d’ailleurs à ce moment que Dieu dit à Noé qu’il peut manger les animaux, mais vidés de leur sang, assimilé à leur âme).

On est bien loin du Big Bang et on peut comparer avec d’autres traditions qui ont aussi la notion d’un magma initial, d’un créateur, dieu ou autre et d’un déluge :

  • Pour les mésopotamiens, la mer cosmique donna naissance au couple originel, Ciel et Terre, qui a engendré les grands dieux dont Enlil, ordonnateur de l’univers, souverain des dieux et des hommes, de la végétation, du bétail et de l’agriculture. C’est un autre dieu, Enki, qui a donné naissance à l’homme.
    La Bible a été rédigée pendant l’exil des Hébreux à Babylone, il n’est pas étonnant que l’on retrouve aussi le déluge qui est un mythe mésopotamien.
  • En Egypte, on a plusieurs interprétations selon les lieux. Il y a une eau primordiale, Noun, dont est émergée une terre, ou un lotus, qui donne naissance aux premiers dieux, Amon-Ra, Atoum, Khnoum et Ptah, qui organisent le chaos. A Memphis, on privilégiait Maat comme tout premier dieu issu de Noun ; à Héliopolis, c’était Atoum, avec un récit beaucoup plus détaillé et complexe : Osiris, Isis, Seth et Nephtys sont des descendants d’Atoum.
  • Le Tao a aussi cette idée d’un chaos originel d’où sortent le Yin et le Yang et les hindous font naître les dieux d’un oeuf qui flotte sur le chaos originel.

Et dans tout cela, personne ne donne la solution à a question, la seule qui compte : comment le chaos original, la matière, le dieu, le Créateur est-il apparu ?