Anges

De nombreuses expressions parlent d’anges : patience d’ange, une tête d’ange, un ange passe... Les peintures religieuses et les décorations d’églises regorgent d’anges, avec un regain dans l’art baroque, mais d’où viennent-ils ?

Les anges sont des créatures célestes, des messagers divins que l’on retrouve dans nos mythes et religions : c’est d’ailleurs leur nom en grec et en latin, mais aussi en hébreu et en arabe. Les mésopotamiens et les grecs avaient des démons pour le même office, plutôt malfaisants.

Où trouve-t-on des anges ?

Dans la Bible, on retrouve les anges dès la Genèse où ils gardent les portes de l’Eden, des anges préviennent Abraham qu’il aura une descendance, disent à Lot de partir de Sodome, Jacob combat avec un ange toute une nuit, les prophètes en parlent… Un écrit apocryphe, le Livre d’Hénoch, le Talmud ou la Kabbale alimenteront l’exégèse et notre imaginaire.

Dans le Nouveau Testament, les anges sont aussi très présents : l’ange Gabriel annonce à Marie qu’elle sera mère, les anges préviennent les bergers de la naissance de Jésus, l’assistent dans le désert, c’en est encore un qui annonce la Résurrection aux femmes qui viennent au tombeau, qui libère les apôtres et ils interviennent dans l’Apocalypse. En revanche, on voit aussi apparaître des démons qui représentent le mal et la tentation.

Pour les religions monothéistes (ils sont aussi présents dans le Coran), les anges ne sont pas des créatures imaginaires et font partie du dogme. Récemment, le Catéchisme catholique de 1992 a ainsi validé leur existence et le pape Benoît XVI a rappelé leur importance…

Qui sont-ils ?

Les anges sont nombreux, on parle d’armées (12 légions) ou de myriades, et ne meurent pas (sauf en Islam).
L’Eglise a décidé que les anges étaient de purs esprits donc ils ne semblent pas être sexués mais la querelle byzantine sur le sexe des anges est basée sur 2 passages : l’assimilation aux anges des « Nephilim », fils de Dieu, qui fécondent les filles de l’homme et donnent des géants avant le Déluge ; et la mention qu’au paradis on sera comme des anges, sans prendre femme ou homme (c’est ambigu, non ?).
Dans la tradition islamique, ils sont masculins.

La Bible nomme 3 anges, Michel, Gabriel, et Raphaël, et cite 2 catégories : les chérubins et les séraphins.
Les chérubins ont deux ailes et un glaive de lumière, on retrouve ces attributs dans le Taureau ailé des assyriens (avec la même racine : kéroub). Avec le temps, ils ont gagné d’autres paires d’ailes et peuvent en avoir 2 ou 3.
Les séraphins gardent le trône de Dieu, ils ont 3 paires d’ailes qui leur cachent le corps.

Organisation sociale

Nous avons donc : 2 super héros, les archanges Michel, chef des armées célestes, et Raphaël, protecteur des voyageurs ;
un jeune premier : Gabriel, le messager par excellence : c’est lui qui annonce les naissances (Jésus, Jean-Baptiste…), qui transmet la révélation à Mahomet ;
et quelques guest stars : Azraël, l’ange de la mort, Redouane, l’ange du paradis ou Malik, l’ange de l’enfer.

Ce serait trop simple si on s’arrêtait là !

L’Ancien Testament parle de 7 anges qui sont devant Dieu… Cette référence ne s’est pas perdue : 7 est un chiffre symbolique, les perses parlent de 7 esprits qui combattent le mal et on les retrouve dans la tradition juive et paléochrétienne. Comme ils sont importants, ils montent en grade et deviennent tous archanges, avec une fonction précise : Michel (Michaël), Raphaël, Gabriel, Uriel, Raguël, Saraquiel et Remiel et aussi, selon les sources, Seakiel, Jehudiel ou Barachiel
Tous ont des noms qui se terminent par « el », qui veut dire « dieu »

La tradition juive parle de 9 chœurs d’anges. Cette idée, citée par St Paul, est reprise par les Pères de l’Eglise qui nous organisent tout cela en 3 hiérarchies (avec un ange à leur tête) :
I : Séraphins (dirigés par Métatron), Chérubins (Raziel), Trônes (Zaphkiel) ;
II : Dominations (Zadkiel), Puissances (Camaël), Vertus (Michaël) ;
III : Principautés (Haniel), Archanges (Raphaël), Anges (Gabriel).
Eh oui, ce n’est pas en accord avec la liste des 7 archanges…

La tradition monothéiste parle aussi d’anges gardiens, qui veillent sur nous et nous soutiennent. La recherche de l’ange gardien nous entraîne rapidement dans une approche ésotérique : chaque chœur est composé de 7 anges et nous avons l’un des 72 anges qui veille sur nous, il y a même des tables astrologiques pour en connaître le nom !

Anges et démons

Comme partout il y a les bons et les méchants. Une partie des anges, le tiers, s’est révoltée sous la direction de Samaël, sans doute jaloux de l’amour que porte Dieu aux hommes. Ils ont été combattus par Michel et déchus. Leur chef deviendra Lucifer, porteur de lumière, qui peut aussi être rapproché de Prométhée apportant le feu aux hommes ou des dieux des enfers lorsqu’on l’appelle Diable. Ces mauvais anges sont assimilés aux démons, sortes de génies malfaisants, avec un chef qui peut s’appeler Satan (nom d’origine Babylonienne), Belzebuth (origine phénicienne) ou Méphistophélès. Là encore, on dénombre des cohortes de démons qui ont été classifiés et organisés et répondent aux jolis noms de Asmodée, Astaroth, Belphégor, Furfur, LilithPhoenix, etc. et qui font la joie de bien des allumés intéressés par la sorcellerie.

Les diables sont parfaitement intégrés à la culture populaire et on les retrouve dans bien des contes.La dualité ange gardien-démon personnel est une vieille idée qui nous vient des gnostiques, elle illustre souvent la tentation dans les dessins animés.

Représentations dans l’art

Au Moyen-Age, les anges ont des traits masculins, fins, un corps mince et des ailes. Ils sont habillés d’une robe, souvent blanche, ont une posture verticale et sont auréolés. Les archanges ont des ailes de couleur.

A la Renaissance, ils prennent des allures d’adolescent, beaucoup plus sensuels. Ils sont intégrés aux décors architecturaux et sont représentés en apesanteur.

Le Baroque intègre les angelots et assimile les putti (dieux de l’amour de l’Antiquité) aux chérubins, gros bébés joufflus et ailés. Petit à petit, les chérubins deviennent un motif de décor simplifié en une tête auréolée avec 2 ailes.

Au XIXe, les préraphaélites ont donné des traits féminins aux anges.

Enfin, les anges font partie des attributs de 2 saints : l’évangéliste Mathieu qui aurait été inspiré par un ange et Bonaventure.

D’autres anges ici [clic]