D’après une histoire vraie

TFGDécidément, les grandes théories de la culture pour tous c’est de la blague ! La culture traditionnelle ou « populaire » est accessible à tous, j’ai même pu suivre un spectacle de comedia del arte en italien et y prendre plaisir, mais dès que cela s’intellectualise un peu trop, il faut connaître les codes pour comprendre, apprécier, et je n’ai pas ceux de la danse.

J’en ai encore eu l’exemple avec ce spectacle de danse « moderne » où je n’ai vu que déambulations et gesticulations. A deux ou trois reprises, j’ai vu un ensemble pas désagréable mais je n’ai ressenti aucune émotion.

Enfin si, j’ai râlè après l’éclairagiste qui était sans doute en grève car le scène était plongée dans une pénombre trouée par une lumière sale et pauvre, avec des taches d’ombres mouvantes qui me font penser aux pubs pour le dépistage de la DMLA.

Christian Rizzo a fait ce spectacle en souvenir d’une émotion qu’il a ressenti après la prestation d’un groupe folklorique, il ne me l’a pas transmise et peut-être que la musique industrielle à base de batteries imitant le marteau pilon y est aussi pour beaucoup. Je n’ai pas compris pourquoi certains interprètes faisaient la sieste sur scène (grève surprise, plus de place dans les loges ?) mais il y avait une certaine élégance dans les déplacements des danseurs qui m’ont plutôt fait penser au sirtaki ou à des danses tribales.

Christian Rizzo – d’après une histoire vraie, pièce pour 8 danseurs et musiciens live