Les Indes noires

indes_noiresJules Verne nous emmène dans le monde des charbonnages avec une aventure extraordinaire. L’histoire se situe en Écosse et sert aussi à rendre hommage à Walter Scott au travers de quelques légendes.

Jules Verne nous sert une introduction assez technique sur le monde des houillères et évoque l’étendue des veines carbonifères britanniques. Le roman date de 1877 et Verne ne peut s’empêcher d’une vantardise patriotique pour assurer la supériorité de la France et de ses exploitations du Nord, du Creusot, de St-Etienne et de Carmaux. Il estime que la France à des ressources pour 1140 ans alors que l’Angleterre n’en a que pour 800 ans et les Allemands pour 300 !

Les Anglais sont fiers de leurs houillères. Ils les ont appelées les “Indes noires”, Black Indies, pour montrer toute l’importance qu’ils attachent à cette exploitation.

L’ingénieur des mines James Starr a dirigé l’exploitation d’Aberfoyle, maintenant épuisée, et vit retiré à Edimbourg. Il reçoit un message de son ancien contremaître, l’overman Simon Ford, qui le convoque en grand secret. Simon n’a jamais quitté la fosse Dochart et continue d’y habiter, à 1500 pieds de profondeur avec sa femme Madge et son fils Harry.

Ford a découvert la possibilité d’une nouvelle veine et en veut la confirmation par son ancien patron. Ils découvrent effectivement un filon extraordinaire non sans une série d’incidents menaçants. Une nouvelle exploitation démarre, avec la création de Coal City dans les entrailles de la terre, ville éclairée à l’électricité et située au bord du lac Malcolm.

Lors d’une exploration dans les galeries, Harry Ford découvre une jeune fille abandonnée qu’il ramène avec lui au péril de sa vie, attaqué par un oiseau gigantesque. Nell a toujours vécu sous terre et craint la lumière mais elle est très vite adoptée par la famille Ford. Harry en tombe bien sûr amoureux et veut lui montrer le monde extérieur, c’est l’occasion pour Jules Verne d’évoquer Rob Roy et l’Écosse de Water Scott.

Nell est enchantée de la beauté des paysages mais préfère vivre au fond de la mine avec Harry qui la demande en mariage. La cérémonie est interrompue par le vieux Silfax, le grand-père de Nell, solitaire devenu fou qui menace de tout faire sauter.

Même si les descriptions industrielles sont un peu désuètes, ce roman est un agréable mélange de roman d’aventures, d’histoire fantastique, de légendes. La découverte de l’Écosse par Nell et de ses compagnons donne des descriptions qui valent largement le Routard et donne envie d’y aller.