Viscères

visceres_mo_hayder_2015Ces dernières années, il y a deux livres qui m’ont vraiment marqués, où j’ai tremblé en les lisant : Mapuche de Ferrey et Tokyo de Mo Hayder. Je n’avais pas lu d’autres Hayder, je profite donc de cette parution pour continuer à découvrir cet écrivain.

Deux histoires se déroulent en parallèle, qui vont inévitablement se croiser, la structure est assez classique. D’un côté, les Anchor-Ferrers se retrouvent entre les mains de deux types qui prennent leur temps pour faire monter l’angoisse et atteindre leur but ; de l’autre, le commissaire Jack Caffery hanté par la disparition de son frère, victime de pédophiles, et qui n’a de cesse de trouver une trace.

La famille séquestrée, Oliver, Mathilda et leur fille Lucia, est d’autant plus terrorisée que la mise en scène rappelle un meurtre horrible qui s’est déroulé une quinzaine d’années auparavant. Ils pensent que leurs agresseurs ont partie liée avec le dingue qui a tué 2 jeunes gens et les a éventrés pour répandre « artistiquement » leurs entrailles.

Le scénario prévu par les malfaiteurs et leur commanditaire ne se déroule pas tout à fait comme voulu ; les soit-disant professionnels se révèle un peu pieds-nickelés mais l’histoire se complique et la fin est tout à fait inattendue.

Viscères est un roman efficace, bien fait, avec un scénario original et des personnages bien campés. Toutefois, cela reste un thriller de bonne facture, pas un chef-d’œuvre qui nous laisse pantois comme Tokyo.

Mo Hayder – Viscères, traduit par Jacques Martinache – Presses de la Cité 2015