Meursault, contre-enquête

mersault_contre_enquete_kamel_daoudCe roman de la dernière rentrée littéraire a eu un très bon écho. Finaliste du Goncourt, il l’a manqué d’un cheveu et figurait dans ma longue liste des « livres à lire ».

A la suite de l’attentat de Charlie, j’ai appris que Kamel Daoud était sous le coup d’une fatwa pour « apostasie », alors qu’il combat simplement l’extrémisme, et j’ai vite commandé ce roman en signe de solidarité [Rappel des faits ici et réponse de Kamel Daoud dans sa chronique 50 nuances de haine].

Tout le monde connait L’étranger de Camus qui raconte l’histoire de Meursault, jugé pour avoir tué un Arabe. En général, on ne s’attarde pas sur la victime mais sur l’indifférence de Meursault, qui dit avoir tué « à cause du soleil ».

Ce roman revient sur l’Arabe. Son anonymat choque et peut facilement être considéré comme du mépris colonial, comme si son meurtre n’avait pas d’importance et que l’attitude désinvolte de Meursault était la seule raison de sa condamnation.

Un assassin condamné à mort pour avoir mal enterré sa mère et avoir parlé d’elle avec une trop grande indifférence.

Ce roman raconte l’autre pan du roman au travers des récits du vieil Haroun, frère de l’Arabe tué. Haroun ressasse son histoire et la raconte par petits bouts à un universitaire dans un bar d’Oran. On vend encore du vin dans ce bar, un des derniers, et ce roman est aussi l’occasion de parler de l’Algérie contemporaine.

Haroun nous parle de lui et de son frère Moussa dont on ne saura pas grand chose. Il raconte surtout la vie de sa mère, personnage presque monstrueux qui a imposé le souvenir du mort au jeune frère. Ce roman n’est pas le négatif de celui de Camus, il offre une belle reflexion sur ce roman et aborde différents sujets qui permettent de traverser l’histoire de l’Algérie, de raconter ce pays et d’offrir une histoire marquante.

Mais surtout, ce roman est un bel hommage à L’Etranger. Ce n’est pas une réécriture ou un pastiche, mais une broderie sur un thème. Il donne envie de relire le roman de Camus.
Faut-il le lire avant ou après ? je ne saurais dire.

Kamel Daoud – Meursault, contre-enquête – Actes Sud 2014