La guerre d’Alan

Guerre d_alanTout commence dans l’île de Ré avec la rencontre du dessinateur avec un retraité américain qui vit en France et y a travaillé la grande partie de sa vie. Une amitié forte s’en suit et l’américain, Alan Ingram Cope, raconte sa vie au dessinateur Emmanuel Guibert.

Alan est de cette génération qui a été appelée pour faire la 2e Guerre Mondiale et son récit comporte 3 parties. La première raconte ses classes ; la seconde son arrivée en France, sa traversée de l’Allemagne et son arrivée en Tchécoslovaquie ; la dernière l’occupation en Allemagne et son retour difficile et temporaire en Amérique.

Pas de grande épopée militaire, juste des situations quotidiennes, sa guerre est assez dérisoire. Ses classes se passent plutôt dans la bonne humeur et se prolongent en tant qu’instructeur ; lorsqu’enfin il est obligé de rejoindre le théâtre des opérations, son unité est bloquée en attendant les véhicules puis file vers Prague. Très peu de coups de feu seront tirés, et pas au combat, il doit juste aller le plus loin possible et finit par faire la jonction avec les Russes. Enfin, il occupe un petit boulot, cette dernière partie traine et est beaucoup moins intéressante bien qu’elle complète le périple du bonhomme.  Mise en page 1

La Guerre d’Alan est complétée par un autre album qui raconte L’Enfance d’Alan qui a vécu une jeunesse californienne marquée par la crise économique. Ce récit est beaucoup plus intimiste et touchant.

Ces différents albums bénéficient d’un très joli dessin en noir, crayon et encre. Dans certaines scènes, il n’y a que les personnages de dessinés, sans décor pour donner de l’importance à la scène, l’effet n’est pas trop répété et fonctionne bien. Ce n’est pas de la vraie bande dessinée, plutôt de l’illustration comme dans les albums de Bécassine, mais le récit est assez fluide et riche et ces albums sont intéressants.

Le même dessinateur a réalisé la série Le photographe sur une mission en Afghanistan dans les années 1980. Le travail sur l’image est assez alambiqué, avec pas mal de photos, il faudra que je lise l’ensemble de la série avant de juger définitivement.

Emmanuel Guibert – La Guerre d’Alan, d’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope – l’Association 2012 et
L’enfance d’Alan, d’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope – l’Association 2012