Au temps de Klimt, la Secession à Vienne

klimt pinacothequeCette exposition présentée par la Pinacothèque est très riche et intéressante ; elle ne se sert pas de Klimt comme d’un faire-valoir, il y a de vrais morceaux dedans !

Le parcours présente la vie artistique viennoise, fin XIXe-début XXe, place la Secession dans une perspective historique et artistique et montre comment elle engendre l’expressionnisme. Gustav Klimt a une rôle central dans l’évolution de cette école artistique qui s’est développée contre l’art officiel néoclassique.

Les premières salles montrent l’influence des impressionnistes et les échanges entre artistes viennois et parisiens ; les années de formation de Klimt et de son frère Ernest à l’école des Ars et Métiers, ses débuts assez académiques, son évolution et la création de la Secession jusqu’au refus de La Philosophie peinte par Gustav pour l’Université de Vienne.

La seconde partie offre une reproduction de la Frise Beethoven, très bien mise en valeur, et part sur la thématique de la femme, fragile ou fatale, avec les splendides Judith et Salomé.
Klimt participe aussi à la fondation des Wiener Werkstätte, première scission du mouvement, avant que la Secession ne se déchire et de nombreux objets de ces ateliers d’art sont montrés.

La fin de l’expo nous montre le Klimt paysagiste, fortement influencé par les estampes japonaises, et surtout le lie à Egon Schiele, Oskar Kokoschka et le début de l’expressionnisme.

Ce n’est pas le moment d’aller à Vienne car cette exposition a dépouillé le musée du Belvédère et présente de très nombreuses toiles, sculptures et objets de ses collections. En revanche, l’expo offre un aller-retour à Vienne pour le prix d’un billet de métro, pourquoi se priver ?

Au temps de Klimt, la Secession à Vienne, expo à voir à la Pinacothèque jusqu’au 21 juin 2015.