Frog music

Frog_Music_book_2871031cEnfin un livre qui sort du lot avec une histoire bien tournée qui nous plonge dans un univers romanesque intéressant ; ce livre a tous les ingrédients d’un bon roman feuilleton avec son lot de personnages pittoresques et de rebondissements. Nous sommes en 1876 à San Francisco, en proie à une épidémie de variole, et l’ambiance de cette ville encore neuve, marquée par la Ruée vers l’or est bien rendue.

L’auteur commence par un coup de feu et l’on pourrait croire que c’est le point d’orgue de l’histoire mais l’astuce est que ce n’est qu’une des rebondissements de ce roman. Blanche Beunon échappe donc à un coup de feu qui n’a pas épargné son amie Jenny. Blanche est une jeune « artiste burlesque », on dirait maintenant un effeuilleuse, qui passe la 3e mi-temps avec des « michetons ». Elle subvient ainsi à ses besoins et à ceux d’Arthur, son compagnon, et d’Ernest leur acolyte. Anciens artistes du Cirque d’Hiver, ils ont émigré à San Francisco où tout une communauté de Français occupe Chinatown et ses lieux interlopes.

La rencontre de Jenny Bonnet a déclenché un grand changement dans la vie de Blanche. Jenny s’habille en homme, ne se soucie pas des convenances et pose des questions qui la font réagir. Jenny est un révélateur, c’est à cause d’une de ses remarques que Blanche va s’intéresser à son bébé qui est en « nourrice » et se révolter contre ses « macs ». Le fond de l’histoire est bien la naissance du sentiment maternel, de l’attachement à ce bébé plutôt moche qui donne la force de se révolter et de contrer l’adversité. Naïve et insouciante, Blanche devient une vraie lionne qui va se battre contre ses hommes, contre la Madame qui l’emploie, va lutter contre les préjugés pour récupérer son bébé et sa liberté.

L’histoire est très riche, l’alternance entre le passé et le présent est un effet de style inutile qui complique un peu la lecture mais ce gros roman nous apporte un réel plaisir de lecture.

Emma Donoghue – Frog Music, traduit par Christine Barbaste – Stock 2015