Les bas-fonds du Baroque

bas fondsEt hop, un petit voyage dans la Rome du XVIIe siècle ! Une fois de plus, j’attends les derniers jours pour découvrir cette petite expo qui nous montre les dessous de Rome, principalement la vie des tavernes, des mœurs légères et des mendiants.

Les œuvres sont peintes par des artistes de tous pays, avec un grosse influence des caravagesques ; j’ai souvent eu une préférence pour les français (Simon Vouet, Le Lorrain) ou les toiles de Sweerts.

La premier thème est l’hommage à Bacchus et au vin et l’évocation des flamands qui se regroupent en bandes d’ivrognes, les Bentvueghels.

La deuxième thématique est celle de la passion du jeu et de l’amour. Plusieurs variantes autour de la diseuse de bonne aventure, du tricheur ; l’œuvre la plus marquante est un jeune homme qui a tout du gigolo !

Lanfranco3
Giovanni Lanfranco – Jeune homme nu au chat (Vénus masculine). vers 1620

La dernière partie offre des représentations de Rome dans sa saleté et sa misère et une série de portraits de marginaux et mendiants.

La scénographie est réussie, on se croirait presque dans un palais italien mais l’éclairage des toiles laisse à désirer. C’est dommage car les peintures et les gravures sont bien sélectionnées et le thème est intéressant.

Les bas-fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère. Petit Palais, jusqu’au 24 mai 2015