Mémé

Pour faire une mémé, il faut de l’ancien temps et de la constance.

memeHommage très tendre à sa grand-mère par Philippe Torreton qui évoque plein de choses au travers de ce petit livre écrit avec sincérité et simplicité.

Il brosse un portrait pointilliste avec des bouts d’histoire, des petits riens qui permettent de retracer le parcours de sa grand-mère, sa vie à la campagne et à la ferme, son travail à l’usine, l’Ocupation, les relations familiales…

Bien sûr, il parle de ses souvenirs d’enfance et donne une vision idyllique de sa mémé mais ces souvenirs sont aussi un témoignage des années 70, de l’exode rural, de l’évolution sociale des membres de la famille, de l’évolution d’une économie de subsistance vers la société de consommation…

J’ai bien aimé l’ambiance de ce récit, la tendresse du petit-fils pour sa grand-mère, sa fierté lorsqu’il la fait venir au théâtre, son attachement à ce milieu simple. Nous accompagnons le petit gars, nous le voyons aussi grandir et garder cette relation tendre et affectueuse avec sa mémé.

Mémé ça ne se dit plus. Tu étais une des dernières, encore un coup dur pour la biodiversité. Maintenant on n’a plus que des papis et des mamies ou des grands-pères et grands-mères pour faire plus respectable.

Philippe Torreton – Mémé – L’iconoclaste 2013