Les charmes discrets de la vie conjugale

9782714449917Douglas Kennedy, ce romancier francophile et assez prolifique est très apprécié par la critique. Cela fait un moment que je tourne autour ; j’ai bien aimé son enquête sur la Bible Belt et j’avais décidé de commencer ses romans par celui-ci.

J’ai d’abord été un peu surpris et déçu par ce roman qui comporte quelques longueurs mais au final, je trouve que c’est un très bon livre, avec une bonne histoire et des personnages attachants et bien campés.

La première partie se déroule vers 1970 et s’attache à Hannah Latham, fille d’intellectuels progressistes. Contrairement à ses parents, Hannah est plutôt conformiste et se marie très jeune avec Dan Buchan, étudiant en médecine plutôt falot. La carrière de Dan les amène à passer un an au fin fond du Maine, dans une bourgade où Hannah s’ennuie ferme. Lors d’une absence de son mari, Hannah héberge Tobias Judson, un jeune activiste, étudiant recommandé par son père. Hannah est un peu éblouie par ce brillant interlocuteur qui la valorise, lui donne confiance en elle et une brève passion se déclenche, vite interrompue car Tobias doit fuir, suspecté par le FBI.

On retrouve Hannah en 2003, 30 ans plus tard, installée à Portland, toujours dans le Maine. Hannah enseigne, Dan est chef du service de chirurgie orthopédique, leurs enfants sont l’un dans le Connecticut, l’autre à Boston. Alors que la famille est plutôt libérale et démocrate, leur fils Jeff est un réac de choc anti-avortement marié à une grenouille de bénitier (si cela se dit aussi pour les évangélistes) encore plus sectaire ; leur fille Lizzie mène une brillante carrière dans la finance.

Cette belle famille américaine va exploser avec 2 évènements concomitants : un pétage de plombs carabiné de Lizzie qui disparaît après une rupture compliquée et le retour de Tobias Judson ; c’est là que le roman prend vraiment sa dimension et devient passionnant.

L’as de la finance est une fille pas si sûre d’elle, embringuée dans des histoires de couple compliquées. Sa dernière histoire se termine par un avortement suivi d’un harcèlement hystérique avant qu’elle disparaisse sans laisser de traces ; on va bien entendu évoquer toutes les possibilités, même les plus lugubres. Et comme si cela ne suffisait pas pour secouer la famille, voilà que Tobias Judson, devenu un bigot qui prêche à la radio, publie ses mémoires où il raconte à sa manière sa rencontre avec Hannah et sa fuite au Canada. Hannah voit tout exploser en vol mais va faire face avec courage et panache.

Le roman nous offre de beaux portraits de femmes, Hannah et son amie Margy, mais aussi une charge réjouissante et décapante contre l’Amérique bien pensante, patriote, bigote et parfaitement réactionnaire du règne de George W Bush.

Douglas Kennedy – Les charmes discrets de la vie conjugale, traduit par Bernard Cohen – Belfond 2010