Mes devoirs de vacances

musiqueEn 1782, Joseph II assiste à la première représentation de L’enlèvement au sérail. Après la représentation, l’empereur, qui se demande si le compositeur n’avait pas «saturé de musique» une œuvre sans prétention, s’adresse à Mozart : « Trop de notes, mon cher Mozart ! » qui lui répond « Sire, pas une de trop ! »
L’étude du Requiem de Mozart me fait souvent penser à cette anecdote. Lorsque je souffre avec les fugues, je me dis que la réflexion de cet empereur n’était pas si bête…

Notre chorale avait un programme très ambitieux cette année car nous voulions donner le Requiem en plus de La Belle Hélène. Nous avons réussi à finaliser l’œuvre d’Offenbach mais nous reprendrons Mozart à la rentrée, avec un objectif de concert quelques semaines après ; autant dire qu’il va falloir s’entraîner.

Répéter seul n’est pas aisé, surtout quand on est ignorant en solfège. Pour pallier cette méconnaissance, je m’appuie sur des aides numériques : les fichiers MIDI. Ce sont des fichiers musicaux reconnaissables à leur extension .mid qui délivrent des partitions avec un son un peu synthétique mais qui sont très précieux pour s’entraîner.

Ces fichiers se trouvent très facilement sur des sites de chorales ou des répertoires dédiés, on y trouve gratuitement aussi bien du classique que de la variété :

Il y a pas mal de logiciels gratuits ou payants qui permettent la lecture des fichiers MIDI, à commencer par Windows Media Player, mais l’intérêt de ce système est aussi de suivre la partition, or WMP, Syntfont ou MelodyPlayer ne donnent pas la partition.
J’ai démarré avec Anvil studio, logiciel gratuit, qui permet de jouer sur la dominante des pupitres ou de régler la rapidité du morceau.

Anvil Studio est super pratique mais oblige à bien connaître le morceau car il n’y a que la portée qui s’affiche à l’écran. Je dois donc avoir un œil sur l’écran pour suivre les notes et un autre sur la partition pour suivre le texte ; c’est une gymnastique pas très aisée. J’ai trouvé la solution sur le site J’ai du mal à chanter qui propose pas mal d’exercices et des fichiers au format .nwc, lisibles avec le logiciel NoteWorthy Composer. Le viewer est un lecteur gratuit qui peut paraitre rustique, ne joue qu’un pupitre à la fois, mais me rend de grands services car le texte défile sous les notes. Ainsi, je peux déchiffrer, m’imprégner de la partition ou répéter ce qui a été fait à la dernière répétition. Ensuite, quand je commence à maîtriser, je peux repasser à Anvil Studio.

Il y a belle lurette que je n’ai plus de cahiers de vacances mais, cette année, j’ai un beau programme de révision et vous savez quels outils je vais utiliser…