Retour du Sud-Ouest

Et oui, du Sud-Ouest Américain ! Je devrais plutôt dire du South West car notre périple estival s’est déroulé sur une petite partie de cette région des États-Unis, avec arrivée et départ en Californie. Les sites visités sont presque tous sur le plateau du Colorado et nous ont révélé des merveilles géologiques qui nous laissent des souvenirs extraordinaires.

Ma proposition d’itinéraire avait été un peu revue et j’ai préparé un roadbook ambitieux, avec plein d’options. Nous avons visité les sites essentiels, fait quelques détours mais il reste encore des tas d’endroits à voir et nous aurions pu rester plus longtemps pour approfondir la découverte des parcs. En revanche, nous n’avons fait que quelques courtes balades, il est assez irréaliste de prévoir de grandes randonnées en plein mois d’août avec la chaleur qui règne dans cette région.

Voyage USA 2015En 3 semaines nous avons parcouru plus de 3000 km et vu des sites superbes, nous nous sommes extasiés devant les prouesses de la nature, des miracles dus à l’érosion par le vent et l’eau. Je dois avouer que c’était vraiment grandiose, que j’ai manqué de qualificatifs pour dire ma stupéfaction devant la beauté de la nature. J’ai encore la tête là-bas et j’y retournerai volontiers.
Voici un descriptif du circuit réalisé, cela peut donner des idées à certains et faire rêver d’autres.

CALIFORNIE

J1. Arrivée à Los Angeles. Nous souhaitions un vol direct et Phoenix n’en bénéfice pas, nous sommes donc arrivés en Californie pour une étape de 2 nuits à Hollywood avant de rejoindre le Grand Canyon. Nous en avons profité pour faire un passage par les points les plus connus.

L’arrivée, le passage de frontière, la récupération des bagages prend bien 2 à 3 heures ; on rajoute un bon moment pour aller jusqu’au loueur de voitures, encore plus pour solder quelques péripéties liées à la réservation et nous récupérons le véhicule. Nous sommes partis à 6 et le choix de la voiture a été très limité : les grosses américaines confortables peuvent accueillir 6 personnes mais seulement 3 à 4 bagages… Nous avions chacun notre valise -et pas des bagages cabines-, le seul choix était un Ford Econoline qui  s’est révélé un bon descendant du char à bancs ou des chariots utilisés par les colons, presque confortable et suffisamment robuste pour nous emmener où nous voulions. Au cours du périple, nous avons pu voir qu’il existait aussi des Ford Trafic mieux aménagés et au coffre conçu pour mettre au moins 6 valises alors qu’une partie des nôtres était placée sur le siège arrière.

Départ de l’aéroport, on parcourt les autoroutes urbaines de Los Angeles sur une 60e de kilomètres et nous arrivons enfin à notre hôtel situé à Hollywood. L’après-midi a été entièrement consommée avec ce transfert et, un peu secoués par le voyage, nous nous sommes contentés d’un tour du quartier sans aller sur Hollywood Boulevard.

Los Angeles - Universal
Los Angeles – Universal
Los Angeles - Universal
Los Angeles – vue depuis Universal Studios

J2. Le lendemain, la journée s’est passée à Universal Studios qui est un parc d’attractions avec thématique cinéma. Bien sûr, il y a le tour extérieur des studios qui permet de voir quelques décors (Psychose, Les dents de la mer…) et des effets spéciaux, mais aussi des spectacles autour des films réalisés par la major. Le show Waterworld est très impressionnant, beaucoup de cascades avec explosions et arrosage des spectateurs ; nous avons aussi assisté au décryptage d’effets spéciaux, au dressage d’animaux de tout genre, vu une animation Shrek en 4D. Le parc propose aussi des attractions plus classiques et nous sommes montés dans la barcasse de Jurassic World qui se termine par une chute vertigineuse.
La journée sur place est bien agréable et remplie, nous l’avons complétée par un tour sur Hollywood Boulevard pour voir le Walk of Fame. Les étoiles au sol courent sur plus long mais l’animation de cette partie de Hollywood Blvd se situe juste sur un un bloc, au niveau des théâtres Dolby et Chinese Grauman.

Los Angeles - Hollywood blvd
Los Angeles – Hollywood blvd
Los Angeles - Hollywood blvd
Los Angeles – Hollywood blvd avec vue sur le panneau « Hollywood »

J3. Avant de quitter Los Angeles, passage à Beverly Hills où tout est calme luxe et volupté et l’on pousse jusqu’au Santa Monica pour mettre les pieds dans le Pacifique.

Los Angeles - Beverly Hills
Los Angeles – Beverly Hills

Santa Monica Pier est une grande jetée envahie de boutiques et de manèges, c’est aussi la fin de la route 66.

Los Angeles - Santa Monica
Los Angeles – Santa Monica Pier
Los Angeles - Santa Monica
Los Angeles – Santa Monica
Los Angeles - Santa Monica
Los Angeles – Santa Monica
Los Angeles - Santa Monica
Los Angeles – le Pacifique à Santa Monica

La mythique route 66 existe encore, elle est repérée Historic Route 66 mais ce n’est plus l’axe de déplacement privilégié, nous avons pris des Highways et Interstate. La traversée de Los Angeles est longue, la zone urbanisée est immense et nous avons eu l’impression que la ville ne finirait jamais. Lorsque nous avons enfin quitté la ville, nous avons commencé la traversée de grands espaces vides et désertiques. Il faut oublier les aires d’autoroutes pour les pauses détente (ou pipi), cela n’existe pas ! Au mieux, il faut prendre les sorties vers les agglomérations pour trouver une station essence ou un fast-food. Cette étape était longue, presque 500 km, elle a été interminable ! La route toute droite, un paysage presque immuable ne donnent pas l’illusion d’avancer.

DSC08689
En route vers Laughlin

Avant de traverser le désert de Mohave, nous avons fait une halte à Newberry Springs où est implanté Bagdad Café. Il est situé à quelques centaines de mètres de la sortie mais pas du tout indiqué, il semble qu’il n’y ait que les Français à s’y intéresser. Arrivés sur place, nous avons été assaillis par la chaleur, le désert n’est pas loin, et nous avons découvert un rade assez miteux planté au bord de la route 66 (l’historique). Dès que nous entrons, nous sommes accueillis par la BO du film (Calling You) ! L’endroit est tapissé de Tshirts, maillot ou écharpes de foot ou photos des visiteurs, à 90% français… surprenant !

Newberry Spring - Bagdad café
Newberry Spring – Bagdad café
Newberry Spring - Bagdad café
Newberry Springs – Bagdad Café
Route Los Angeles Laughlin
Route de Los Angeles à Laughlin, vers le désert de Mohave

Et nous avons repris la route vers notre étape du soir, Laughlin. Située au sud de Las Vegas, cette ville de l’extrême pointe sud du Nevada est en bordure du Colorado et essaye de sortir de sa platitude en créant un mini Vegas avec plein de casinos ; cela allait bien pour une étape. Nous avons ainsi découvert notre premier complexe hôtel-casino où tout est fait pour que le chaland ne quitte pas les lieux, il est même autorisé de fumer à l’intérieur… Le hall de l’hôtel abrite la réception et, surtout, il est surdimensionné car c’est aussi la salle de jeux avec pléthore de machines à sous et quelques tables de jeux. Cette salle est ouverte 24/24 et la machines sont occupées dès potron-minet (et sans doute toute la nuit).

Laughlin
Laughlin, le hall de l’hôtel

Arizona

J4. Nous quittons le Nevada et arrivons en Arizona, de l’autre côté du fleuve. La journée est chargée avec pas mal de kilomètres (365) et départ aux aurores. Nous ne faisons pas le détour par Oatman, mais nous prenons la fameuse Route 66. La Mother Road qui relie Chicago à Los Angeles ressemble pourtant à une départementale, doublée par des autoroutes qui n’ont même pas repris sa numérotation ; en revanche, elle reste un itinéraire privilégié pour les motards. Nous suivons l’itinéraire historique sur une petite portion, de Kingman à Seligman avec un premier arrêt au General store de Hackberry. Ce qui fut l’épicerie d’un hameau se consacre exclusivement au commerce de souvenirs autour de la Route 66.

Hackberry Route 66
Hackberry Route 66
Seligman Route 66
Seligman Route 66

A Seligman, nous faisons une nouvelle halte et, comme le lever était déjà loin, nous prenons un breakfast américain. La carte des plats pour le breakfast est importante mais peu variée et cholestérologène : des œufs sous toutes leurs formes, accompagnés de viande ou de légumes, voire de pancakes ou de pain perdu (French toasts). Les portions sont de taille gigantesque, aussi bien les boissons que les plats, mais on en est venu à bout. Seligman aussi joue  à fond la carte Route 66, il faut dire que ce village est comme celui de Cars, il a agonisé avec la déviation et le tourisme lui donne un sursis.

On reprend la voiture et on file sur Grand Canyon. Un belle route dans la forêt de Kaibab nous amène à l’entrée du parc où nous prenons le pass annuel, la fameuse carte America the Beautiful qui nous donne accès à tous les parcs nationaux. Comme dans les autres parcs nationaux que nous ferons, le ranger qui accueille nous remet une carte du site avec les sentiers et leur niveau de difficulté, des explications (souvent en français) sur le site et la nature. Nous pénétrons dans le parc jusqu’à notre hôtel, Bright Angel Lodge, situé au bord du canyon et nous avons un premier choc devant le site ! Nous retournons sur Tusayan pour un survol en avion qui nous permet de bien voir la profondeur et les découpes du Canyon. J’aurais juste aimé que l’avion puisse aussi prendre un peu plus d’altitude pour mieux me rendre compte de l’ensemble du paysage et de la longueur du Canyon.

GC LE GUIDE
Le guide du parc
ZION LES CONSEILS
et les conseils de prudence (ici ceux de Zion NP)

Retour en fin d’après-midi à l’hôtel. Son emplacement en bord de Canyon et près des navettes est idéal ; nous profitons d’une promenade le long de la rive avant diner. Le temps est couvert et le soleil se couche dans les nuages.

Il y a un vrai village au bord de la rive sud (South Rim) du Grand Canyon, plusieurs hôtels, un camping, un supermarché, une gare. Tout est très organisé, les routes sont belles, les chemins très bien balisés et les différents bâtiments qui sont le long du Grand Canyon s’intègrent particulièrement bien au site. Pour ne pas encombrer les routes, il y a un système de navettes gratuites qui relient les différents points de vue, doublent le chemin piéton ; ces navettes peuvent aussi être le moyen exclusif de rejoindre certains points de vue (navette bleue dans le village, rouge pour aller à l’est vers Hermit Rest et jaune vers l’ouest vers Yaki point). Nous avons failli être au Yavapai Lodge, au centre du village, j’ai vraiment apprécié d’être au Bright Angel : il est à 50 mètres du bord du Grand Canyon, tout prêt des navettes bleue et rouge et ses cabanes en rondin lui donnent un charme fou.

Grand Canyon
Grand Canyon
Grand Canyon
Grand Canyon vu de l’avion

J5. La nuit a été orageuse et pluvieuse et il pleuvait dur quand le réveil a sonné à 4h30. Nous avons un peu hésité mais nous nous sommes équipés (polaire et coupe-vent) pour rejoindre la navette de Hermit Rest Route qui nous a déposé à Hopi Point où nous avons pu voir le jour, puis le soleil se lever. Cet endroit est magique, il offre une vue assez dégagée sur l’immensité du Canyon. La pluie a cessé au lever du jour et nous avons rejoint à pied Mather Point avant de revenir sur nos pas et d’aller à Powell Point. Ces points de vue ne sont pas très éloignés mais offrent des vues assez différentes.

Grand Canyon
Grand Canyon à Hopi Point au lever du jour
Grand Canyon
Grand Canyon

Nous serions bien restés plus longtemps mais des gros nuages noirs se sont rapprochés, annonciateurs de la pluie et de l’orage qui nous ont rattrapés… Nous avons néanmoins rejoint l’hôtel à pied, sommes arrivés trempés comme des soupes mais ravis et enthousiastes.

Grand Canyon
Grand Canyon

La pluie battante ne favorisant pas la balade, nous sommes retournés à Tusayan voir le film sur l’exploration du Grand Canyon au cinéma Imax (très belles photos) pour passer la matinée et nous avons ensuite longé la rive du Grand Canyon avec des arrêts aux différents points de vue. La vue n’était pas dégagée mais les jeux de lumière et de nuages dans les reliefs nous ont donné des paysages intéressants.

Quelques photos supplémentaires [clic]

A l’origine, j’avais prévu 2 nuits à Grand Canyon mais j’ai suivi différents conseils et raccourci l’étape à une seule nuit ; c’est la principale erreur de mon itinéraire, le temps couvert et brumeux nous a d’autant plus pénalisé. Le reste de l’itinéraire a été pas mal calibré.
Nous sommes sortis du parc en suivant la Desert Drive et avons repris la route vers Page où nous étions attendus le soir. Peu après la sortie du parc, nous nous sommes arrêtés pour voir depuis la route le canyon créé par le Little Colorado.

A suivre…