Retour du Sud-Ouest, suite

J5 suite. Si vous avez manqué le début, l’étape précédente est là [clic].
Arrivée à Page, ville fondée dans les années 50 à la suite de la construction du Hoover Dam, barrage sur la Colorado qui a créé le Lac Powell. Page est avant tout une ville dortoir sans intérêt mais constitue une bonne étape pour les touristes qui viennent au lac ou visitent les environs. L’hébergement a été folklorique, l’accueil peu amène, l’équipement de la première chambre fournie surprenant et plus que spartiate, je ne recommande pas le Best Western de Page.

J6. La journée commence par la visite de Horse Shoe Bend, fer à cheval formé par le Colorado. Le site est tout proche de Page sur la route qui vient du Grand Canyon et très bien indiqué. Nous marchons quelques minutes avant d’arriver à ce site vraiment impressionnant. La couleur rouge de la pierre, le bleu-vert du Colorado, la falaise, l’ensemble est à couper le souffle. Autour de ce site, nous pouvons aussi voir différents types de roches, volcaniques ou sédimentaires, des stries dans un sens ou dans l’autre, on se doute que cela a du secouer aux temps géologiques.

Horseshoe Bend
Horseshoe Bend
Horseshoe Bend
Horseshoe Bend

Nous continuons la journée par un tour au Lac Powell. C’est la construction du barrage Hoover Dam qui a entrainé la création de ce lac en noyant le Colorado et la Rivière San Juan et en envahissant leurs canyons. Le barrage n’est plus essentiel pour la production d’énergie, le lac s’ensable car les fleuves charrient énormément de sédiments mais cela fait un plan d’eau de plus de 200 km de long et permet des activités nautiques. La location de bateau pour naviguer sur le lac était intéressante sur la journée ; comme nous avions prévu d’autres choses, nous nous sommes contentés d’aller d’un bord de lac et nous avons poussé jusqu’à la plage de Lone Rock. La rive est envahie de mobile-homes gigantesques qui vont jusqu’au bord, ce n’est pas très accueillant ni fun ; nous avons ensuite été voir la marina Wahweap qui fait village de vacances avec un port. La vue était belle mais je ne suis pas fan de ce coin.

Lake Powell
Lake Powell
DSC09044
Lake Powell, Lone Rock

En revanche, nous avions réservé la visite d’Antelope Canyon pour 17h et cela a été magique. Il y a 2 canyons proches qui sont situés sur la réserve Navajo, Upper Canyon est plus réputé car plus facile à visiter : l’approche se fait en 4×4 depuis Page ou du parking du site. La remontée en camion vers le site se fait sur le lit asséché de la rivière, large sableux, avant d’arriver à un mur fendu par le canyon et nous circulons ensuite à plat dans un canyon étroit (slot canyon) creusé par la rivière et éclairé par le haut. Le canyon est creusé par le courant qui charrie du sable et des pierres, crèe des tourbillons qui érodent les parois de grès rouge (sandstone). La lumière se reflète sur les parois ocres et prend des teintes extraordinaires de l’orangé au violet. L’heure la plus recherchée est le midi (visites de 11h30 à 13h) car la lumière qui pénètre au fond du canyon crée un rayon lumineux. Le soir est aussi apprécié pour la douceur de la lumière. Le guide Navajo nous indique les endroits remarquables, nous conseille même pour le cadrage des photos et nous effectuons le retour par le même chemin. Le ciel était couvert et il a plu pendant notre visite, c’était un peu sombre par endroits mais vraiment très beau.

Antelope Canyon  - Upper Canyon
Antelope Canyon – Upper Canyon
Antelope Canyon  - Upper Canyon
Antelope Canyon – Upper Canyon
Antelope Canyon  - Upper Canyon
Antelope Canyon – Upper Canyon

J7. Au programme du jour, la route pour Monument Valley, soit une étape assez courte de 250 km. Avant de quitter Page, nous tentons la visite (sans réservation) de Lower Canyon, l’autre site d’Antelope Canyon. Comme nous avions vu qu’il était à proximité de Upper Canyon, à moins d’un quart d’heure de Page, nous tentons notre chance en arrivant tôt sur le site ; pas tout à fait assez tôt car il y avait la queue. C’est un peu sport de débouler comme cela mais le site n’a pas de système de réservation en ligne. N’avons pas attendu trop longtemps car nous avons eu de la place vers 9h, avec l’agréable surprise d’un billet beaucoup moins cher que Upper Canyon (<50%). Comme Upper Canyon, Lower Canyon se remplit encore d’eau quand il pleut et il était fermé quelques jours auparavant (l’orage que nous avions eu au Grand Canyon a arrosé largement la région), inondé par une quinzaine de mètres d’eau.

Là aussi, la visite ne se fait pas seule mais accompagnée d’un guide Navajo qui prend le temps de nous parler de sa culture. Non seulement il nous accompagne et nous montre les meilleurs points de vue mais il nous a aussi réglé nos appareils pour que les photos aient le meilleur rendu. L’accès se fait par le haut du site et nous descendons vraiment dans les entrailles de la montagne. La descente se fait pas des escaliers un peu raides mais praticables, le circuit passe par des endroits assez étroits (il y a juste la place à une chaussure au sol), grimpe pas mal, mais tous les passages un peu plus difficiles sont aménagés par des escaliers, et non pas des échelles comme on peu lire ici ou là.

Antelope Canyon  - Lower Canyon
Antelope Canyon – Lower Canyon
Antelope Canyon  - Lower Canyon
Antelope Canyon – Lower Canyon
Antelope Canyon  - Lower Canyon
Antelope Canyon – Lower Canyon

Le circuit fait une bonne heure, une heure de pur bonheur et d’émerveillement. Notre guide nous a fait la totale, joué de la flute lors d’une pause, jeté du sable dans les rayons de lumière pour un spectacle encore plus grandiose. Le canyon se traverse, la sortie se fait par un passage assez étroit et c’est impressionnant de penser à la quantité d’eau qui peut arriver par là.

Antelope Canyon  - Lower Canyon
Antelope Canyon – Lower Canyon
Antelope Canyon  - Lower Canyon
Antelope Canyon – Lower Canyon
Antelope Canyon  - Lower Canyon
Antelope Canyon – Lower Canyon

Quelques photos supplémentaires [clic]

Le départ pour Monument Valley se fait en fin de matinée. Nous avalons les kilomètres quasiment d’une traite et traversons le nord-ouest de l’Arizona jusqu’à destination. En arrivant vers Kayenta, à proximité du site, le paysage change déjà. Monument Valley est situé sur le territoire Navajo, c’est un parc tribal géré par les indiens (le pass parc nationaux ne fonctionne pas). Le site lui même est à cheval sur l’Arizona et l’Utah.

Nous arrivons au centre d’accueil qui est juste à côté de l’hôtel The View réservé pour cette étape. A peine arrivés, nous montons sur une petite terrasse, le John Waine Point, qui offre une vue plongeante sur le site. Quel spectacle ! Trois buttes se détachent au centre d’une plaine assez désertique (West Mitten, East Mitten et Merrick Butte), d’autres buttes, mesas ou barres rocheuses en pierre rouge encadrent cet espace traversé par une piste parcourue par des véhicules qui semblent microscopiques. Pendant le voyage, nous avons redéfini notre notion des grands espaces mais là, c’était particulièrement immense et impressionnant.

Monument Valley
Monument Valley, la piste passe devant les buttes

Eh oui, cela fait western ; pendant tout le temps que nous étions à Monument Valley, nous avons attendu la cavalerie et les attaques d’indiens !

Le site se visite en suivant une piste assez cahoteuse. Le Ford étant plutôt bas de caisse et n’ayant pas les amortisseurs d’un tout terrain, nous avons choisi la solution ‘guide local’ et fait la visite avec un 4×4 conduit par un Navajo. C’est un peu cher mais nous n’avons pas regretté, il nous a conduit sans problème, nous a montré les différents sites et fait plusieurs étapes pour les photos.

Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley

Le soleil s’est caché sur la fin du parcours et la vue sur Artist Point était un peu sombre. Nous nous sommes installés dans nos chambres, qui ont toutes un balcon donnant sur le site, et nous avons eu la chance de voir le soleil revenir pour se coucher en illuminant les buttes. Instant magique !

Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley, soleil couchant

Le restaurant de l’hôtel n’offre pas des menus élaborés, nous avons eu des ragouts locaux simples mais très savoureux. A la nuit, une projection de La Charge héroïque (She wore a yellow ribbon) se fait en extérieur sur les murs de l’hôtel, bien sûr ce film avec John Wayne a été tourné sur place.

J8. La journée commence tôt car nous voulions voir le lever du soleil. Encore en décalage horaire, et avec un brin d’excitation, le réveil a été facile. Comme nous étions sur place, nous n’avons même pas eu à nous habiller avant le spectacle que nous avons pu admirer en prenant un café sur le balcon de notre chambre ! Cela a été un peu compliqué d’avoir cette réservation, mais je ne regrette pas du tout d’avoir insisté, c’est extraordinaire.

Monument Valley
Monument Valley, lever du jour
Monument Valley
Monument Valley, lever du jour

Il fallait bien quitter Monument Valley et nous avons repris la voiture. Je n’ai pas retenu l’option Valley of the Gods qui suit une piste, d’autant que le sol n’était pas encore bien sec après les orages des jours précédents. Avant de rejoindre notre destination, nous avons mis cap au Nord pour aller voir les méandres de la rivière San Juan, le détour n’est pas important et vaut le coup. Nous sommes passés par Mexican Hat, ville qui tire son nom d’un rocher étrange qui a la forme d’un homme assis sous un large sombrero, avant d’arriver à Goosenecks State Park. Le site est assez aride, les falaises de la rivière sont grises et abruptes mais les détours de cet affluent du Colorado sont remarquables.

Mexican Hat
Mexican Hat
DSC09624
Goosenecks, méandres la rivière San Juan

L’arrêt à Goosenecks n’est pas bien long, nous avons repris la route pour quelques kilomètres et fait un arrêt à Bluff. Cette étape nous avait été recommandée pour la qualité des cookies vendus à Fort Bluff et nous avons bien profité de cette halte gourmande (j’ai bien aimé celui à la courgette, il faudra que j’essaye). Fort Bluff est encore en Utah, c’est une ville de mormons qui a gardé la mémoire de son implantation pas si ancienne (1880). Un petit film retrace le périple des premiers colons qui ont choisi un itinéraire montagneux pas complètement reconnu et qui ont dû tracer la route pour leurs chariots. C’est bien fait et nous donne une bonne idée des conditions de la conquête de ces territoires encore vierges d’européens. Le site a aussi gardé les cabanes des premières familles et valorise bien cet héritage.

Bluff
Bluff

A suivre…

Une réflexion au sujet de « Retour du Sud-Ouest, suite »

  1. Merci de nous faire partager ces moments magnifiques et les photos. A quand les cookies a la courgette. Bises

Les commentaires sont fermés.