Un certain Charles Spencer Chaplin

affiche_un_certain_charles_spencer_chaplinCette pièce retrace la carrière de Charlie Chaplin au travers de nombreuses scènes drôles ou émouvantes, c’est un beau succès. Dans un décor simple où quelques accessoires suffisent à donner les indications de lieu, nous revivons la vie de Chaplin et, au travers d’elle, l’histoire de l’Amérique.

Après une jeunesse malheureuse et pauvre qui le marquera, Chaplin débarque aux USA en tant qu’artiste de music-hall et devient très vite acteur de cinéma burlesque. La pièce évoque ses débuts chez Mack Sennett et le combat de boxe est à mourir de rire. L’évocation de la  suite de sa carrière, ses films et l’évolution de Charlie face au parlant mettent en lumière le mythe intemporel de Charlot et l’impact toujours fort de son œuvre.

On suit aussi l’évolution personnelle de Charlie et ses déboires sentimentaux. Ses rapports avec l’inquiétant Hoover, dès les années 20, renvoient à son image d’immigrant, de rebelle qui conteste l’ordre établi. La scène de rupture avec Paulette Godard, les attentions dont il entoure sa folle de mère montrent un homme derrière le clown, terriblement humain avec ses travers et ses qualités.

Maxime d’Aboville n’interprète pas Charlie, il est le personnage de façon étonnante. Il est superbement accompagné par les actrices qui jouent sa mère (Béatrice Agenin), Paulette (Coralie Audret) ou Oona (Linda Hardy).

Un certain Charles Spencer Chaplin, écrit et mis en scène par Daniel Colas – Théâtre Montparnasse jusqu’au 2 janvier 2016