Le roi disait que j’étais diable

9782246853855Nos manuels d’histoire évoquent Aliénor d’Aquitaine comme épouse d’Henri Plantagenêt et sa dot qui représente la moitié de la France, cause indirecte de l’envahissement de la France par les Anglais lors de la Guerre de Cent ans.

Ce roman s’attache à Aliénor et son premier mariage avec Louis VII, roi de France. Aliénor est une jeune fille ambitieuse et indépendante, fière de ses ancêtres et de l’art de vie représenté pas les troubadours ; Louis est roi par accident, c’est son frère qui était destiné au trône, il est austère et a toujours vécu dans l’idée d’être religieux. C’est le mariage de la carpe et du lapin, du Sud exubérant et du Nord figé bien que Louis soit éperdument amoureux d’Aliénor.

Les deux protagonistes racontent leur histoire en alternance et chaque récit marque l’opposition entre ces deux êtres. Aliénor est une femme forte, sensible aux arts et à la poésie, face à un amoureux transi, sous l’influence de sa mère et de l’abbé Suger. Aliénor prend de l’assurance et de l’ascendant sur Louis qui ne va pas hésiter à se fâcher avec Thibaud de Champagne et le pape pour prendre le parti d’Aliénor et à soutenir le mariage de sa sœur. Dépassé par son amour, Louis ira jusqu’à massacrer des innocents et faire de Vitry une ville martyre pour obtenir un peu de considération de sa femme.

Personne ne m’a appris, à moi, que l’on pouvait aimer quelqu’un qui vous détruit.

La dernière partie laisse la parole à Raymond de Poitiers, seigneur d’Antioche et oncle d’Aliénor. Il nous raconte la catastrophique 2e croisade, la piètre stratégie de Louis qui s’obstine à assiéger Damas et la séparation de ce couple impossible.

Ce magnifique roman est porté par un souffle épique et nous offre le beau portrait d’une femme vaillante et indépendante.

Clara Dupont-Monod – Le roi disait que j’étais diable – Grasset 2014