Le fils

LE_FILS_jaqu_Mise en page 1Il y a longtemps que je n’avais pas lu une saga familiale aussi puissante. Au travers de trois personnages, ce roman nous raconte pas moins que l’histoire du Texas et de la conquête de l’Ouest. On est loin des gentillets romans de terroirs, c’est une grande épopée qui nous est racontée là. L’aventure du « Colonel » Mc Cullough est racontée en alternance avec celles de son fils Peter et de son arrière petite-fille Jeanne-Anne.

Le roman commence au milieu du XIXe siècle, avec l’histoire d’Eli et l’attaque de la ferme Mc Cullough par les Comanches. Après le massacre de sa famille, Eli est enlevé et se retrouve dans une tribu où il va prendre sa place sous le nom de Tiehteti. Il devient un vrai Indien, la vie dans les Grandes Plaines, les habitudes et les raids des Comanches sont magnifiquement racontés (certains passages sont à peine moins violents que le livre de Boyden). Les maladies déciment sa tribu d’accueil et il revient difficilement dans le monde des Blancs. Après un passage chez les Rangers, il fait la Guerre de Sécession où il récupère le titre de Colonel et crée un ranch à la frontière avec le Mexique.

Le récit de Peter prend la forme d’un carnet intime qui commence en 1915 alors qu’un vol de chevaux et la blessure d’un des fils est attribué aux gendres de Garcia, le voisin des McCullough. L’expédition punitive qui est montée tourne au lynchage avec le massacre de la famille Garcia qui s’accompagne de la chasse à tous les Mexicains. Cet épisode se déroule sur fond de révolution mexicaine et de changement profond de la société américaine, avec la découverte du pétrole. Peter est troublé par cette violence qu’il ne considère pas légitime, son histoire va se compliquer avec l’irruption dans sa vie de Maria, la survivante du clan Garcia.

Le troisième personnage, tout aussi fort, est la petite fille de Peter, Jeanne-Anne. Là encore, on assiste à un changement d’époque et de type de vie. Jeanne-Anne a grandi aux cotés de son aïeul le Colonel qu’elle admire énormément. Indépendante, elle s’est imposée dans la vie du ranch dont elle reprend les rênes. Avec l’aide de son mari Hank, elle transforme l’affaire familiale plus si rentable en développant l’exploitation de pétrole qui va lui assurer une fortune considérable. L’histoire de Jeanne-Anne démarre dans la années 40 et couvre la 2nde moitié du XXe siècle ; elle est racontée alors qu’elle est prête à mourir. Avec elle, c’est l’esprit pionnier et combatif qui s’en va, les générations suivantes ne s’occupent ni du ranch ni des affaires et se contentent de rentes.

Au-delà de ces trois personnages et de leur famille, c’est toute une région, tout un monde qui nous est raconté dans ce roman où chaque épisode marque une rupture. Les personnages, le rythme et l’histoire rendent ce livre est terriblement addictif, difficile de le lâcher avant la fin !

Philipp Meyer – Le fils, traduit par Sarah Gurcel – Albin Michel 2014