Le livre de Dina

dinaCette trilogie norvégienne nous plonge dans le Nordland au milieu du XIXe siècle et nous fait découvrir un sacré personnage, une de ces héroïnes qui marquent.

Dina Grønelv est une femme indépendante qui se moque pas mal des convenances et qui peut sembler bien barrée par instants mais c’est une femme forte à qui il ne fait pas bon résister. Les trois romans s’attachent à différentes périodes de la vie de Dina et lui donnent de plus en plus de consistance.

La gamine un peu folle des Limons vides, est une enfant presque sauvage, passionnée de musique mais visitée par le fantôme de sa mère Hjertrud. Elle est mariée à Jacob, un ami de son père qui va disparaître dans des circonstances assez tragiques.

Le second volume, Les vivants aussi, voit la transformation de Dina en maîtresse femme qui prend en charge le domaine de Reinsnes et les nombreuses affaires, exploitation agricole, pêche, commerce. Elle se fait apprécier de sa belle-mère Mère Karen, mais la situation est plus difficile avec ses beaux-fils. Elle prend en charge Stine la Lapone mise enceinte par Niels et la confrontation entre ces deux là, aggravée par des histoires financières se termine par le suicide de Niels.

Dina se transforme encore dans le troisième volume, Mon bien-aimé est à moi. La femme amoureuse de Zjukovskij n’hésite pas à abandonner son domaine et ses nombreuses responsabilités pour retrouver sa trace, elle fait un faux témoignage pour le sauver mais ne supporte pas son indépendance.

Les trois romans ont chacun leur identité, avec un style qui évolue, et mettent en valeur différentes facettes des personnages. L’histoire de Dina peut paraître assez simple, collection de faits banals qui mettent en valeur la vie quotidienne dans le Nord de la Norvège ; la grande réussite tient dans la fantaisie du personnage mais aussi dans la diversité des caractères qui l’entourent. Ce mélange d’improbabilité et de simplicité est très réussie, les fantômes de Lorch, Jacob ou Hjertrud sont somme toute assez crédibles.

Cette trilogie est suivie de 2 autres cycles qui s’attachent à son fils Benjamin puis à sa petite fille.

Herbjørg Wassmo – Le livre de Dina, traduit par Luce Hinsch – Gaia 1994