Un pays à l’aube

9782743621308Ce gros bouquin attendait sagement que je trouve l’occasion de le lire ; les derniers grands week-ends m’ont donné l’occasion de me plonger dans ses 800 pages. J’étais d’autant plus motivé que les récentes interviews de François Guérif à l’occasion des 30 ans de Rivages/Noir lui font citer Dennis Lehane parmi ses grands auteurs, aux côtés de Ellroy, Westlake ou Taibo II.

Le roman se déroule à Boston en 1917-19 et nous plonge dans l’effervescence de la fin de la guerre, de la grippe espagnole, des mouvements anarchistes et de l’émergence des luttes syndicales. C’est une belle réussite d’aborder tous ces sujets (et d’autres) dans le même roman sans qu’il devienne une juxtaposition de saynètes.

Le thème central est la montée de la revendication syndicale au Boston Police Department où les hommes sont payés en dessous du seuil de pauvreté (1500 dollars). Du fait de la guerre mondiale, l’augmentation de 200 dollars prévue en 1915 a été ajournée alors que les prix se sont enchéris de 73% et que les policiers impuissants doivent payer leur équipement. Ces hommes se heurtent à une hiérarchie bornée, des politiques pleutres et sans envergure et cette confrontation va déclencher la rage et la grève.

Dan Coughlin est le pivot de ce roman : agent de police, il est envoyé sous couverture pour infiltrer des anarchistes et les syndicalistes. Fils d’un gradé de la police, Thomas Coughlin, il est d’abord dans le système et espère être nommé lieutenant mais il refuse les compromissions et va porter les revendications des policiers et s’investir dans leur combat. La famille est complétée par Connor, assistant du procureur du Suffolk qui va s’allier aux fédéraux (dont un certain Hoover) obnubilés par la menace communiste et par Joe, adolescent au caractère aussi trempé que Dan et déjà rebelle.

Les autres personnages principaux sont aussi liés à cette famille. Nora O’Shea, la servante irlandaise dont les garçons sont amoureux ; Luther Laurence, serviteur qui vient de l’Ohio et dont le parcours montre la difficile position des noirs ; Eddie McKenna, flic irascible, ami de Thomas, raciste et corrompu.
En contrepoint, le champion de base-ball Babe Ruth promène son inconscience et sa bêtise et, curieusement, ce contraste renforce le récit.

Dennis Lehane – Un pays à l’aube, traduit par Isabelle Maillet – Rivages 2009