Le serpent aux mille coupures

DOAAvec ce livre, je pars à la découverte d’un auteur de polar français qui est chaudement recommandé. J’ai choisi en fonction de la taille, il publie de gros pavés, et j’ai pris le plus petit. Cette histoire m’a donné envie de me plonger dans ses autres romans… Apparemment, le personnage de ce livre a été présent dans le roman précédent de DOA : Citoyens clandestins.

L’héritière d’une exploitation agricole de Moissac a épousé un noir et le couple Petit est rejeté par les ploucs locaux bas de plafond et racistes. Pendant qu’il va saboter les cultures du « nègre », le Baptiste assiste à une fusillade et prend peur. Alors que le tueur, blessé, prend en otage les Petit le temps de récupérer, Baptiste se terre dans sa ferme de crainte d’avoir été découvert.
Les victimes sont des trafiquants colombiens qui voulaient s’implanter en France. Parmi elles, il y a le fils du grand chef et une bande de nettoyeurs est envoyée pour découvrir ce qui s’est passé, et punir les coupables.
Chaque maillon de l’histoire fait monter la tension, on s’attend au pire et il arrive toujours.

Ce roman s’appuie sur un fond politique d’internationalisation du trafic, exemple pratique de la mondialisation capitalistique ; j’ai bien aimé cette approche qui donne du poids à cette histoire.

DOA – Le serpent aux mille coupures – Gallimard 2009