Spiridon superstar

9782368460108Ce petit récit au style potache, que je n’ose qualifier de roman, est le premier livre de ma rentrée littéraire 2016. Il est écrit par Philippe Jaenada, dont je n’avais pas souhaité lire La petite femelle, en 2015. C’est enlevé, c’est drôle et passionnant.

Jaenada nous raconte à sa manière la recréation des Jeux olympiques qui ont aussi inventé le marathon. Cette course longue distance qui n’existait pas dans les jeux antiques a été inspirée de récits pas vraiment vérifiés.

Peu de pays participent aux Jeux de 1896 et les athlètes concourrent dans plusieurs disciplines. Les Américains  dominent largement les premières épreuves, les Français ne sauvent l’honneur qu’en vélo et les Grecs mettent tous leurs espoirs dans le marathon, à tel point qu’il y a 13 Grecs sur 18 coureurs… Les coureurs sont accompagnés d’un assistant à bicyclette, les officiels suivent à cheval et une charrette médicale termine le convoi.

La course démarre rapidement, les premiers abandons ne tardent pas et l’Australien est en tête, talonné par le Français. Les Grecs résistent bien et Spiridon Louis, un simple porteur d’eau, rattrape le premier au 34e kilomètre puis arrive en tête dans le stade olympique, après 2h 38 minutes et 50 secondes (pour 40 km). Il est suivi par 2 compatriotes, dont l’un sera disqualifié pour tricherie…
Pour récompense, Spiridon ne demande qu’un cheval et une charrette neuve et s’en retourne livrer son eau aux habitants d’Athènes.

Jamais je n’ai lu avec autant de plaisir le compte-rendu d’une épreuve sportive. J’ai vibré aux efforts des athlètes, j’ai appris différentes petites choses sur les Jeux olympiques et surtout je me suis amusé au cours de cette lecture !

Philippe Jaenada – Spiridon superstar – Incipit 2016

Enregistrer