Rouge-gorge

Je lis les Nesbø petit à petit, dans l’ordre de parution. Si le deuxième m’a déçu, celui-ci me donne envie de continuer les aventures de l’inspecteur Harry Hole.

Ce gros polar commence façon moteur Diesel, il prend le temps d’installer les personnages, semble aller dans tous les sens, mais petit à petit tout prend son sens et le livre ne se lâche plus. En plus, la fin n’est pas téléphonée quelques chapitres à l’avance et le suspens reste jusqu’au bout.

Après ses péripéties en Australie et à Bangkok, Harry Hole reprend difficilement le rythme mais il est soutenu par sa collègue Ellen qui le cadre et surveille son abstinence. Un pataquès lors d’une intervention fait que Hole se retrouve muté dans un autre service où il n’a pas grand chose à faire mais se retrouve par hasard sur la piste d’un fusil Märklin, arme redoutable qui pourrait bien servir à un attentat terroriste.

Son enquête sur ce trafic d’arme lui fait côtoyer des témoins de la dernière guerre qui se sont engagés volontairement du côté allemand et se sont battus devant Leningrad ; l’un d’entre eux a même tourné sa veste en cours de conflit. Hole qui ne supporte pas les néonazis se montre plutôt bienveillant envers ces vieillards, sans les juger et le roman bénéficie d’un fond historique passionnant.
L’affaire se croise avec plusieurs meurtres qui n’ont pas de lien direct apparent avec son enquête, notamment sa collègue Ellen retrouvée battue à mort mais le suspect est abattu par Waller, collègue pas trop apprécié d’Harry… Malgré quelques fausses pistes, Harry réussit à trouver la trace du fusil et de son propriétaire et sauve la situation.

L’histoire nous offre un bon suspens mené de main de maître, avec plein de possibilités ; le roman nous ouvre aussi une fenêtre sur un passé pas très glorieux. J’ai beaucoup apprécié l’évolution du héros qui réussit à dompter ses failles mais qui gagne en complexité. L’arrivée d’Halvorsen, jeune collègue, et la rencontre avec Rakel vont sans doute influer sur les romans suivants mais on s’attend surtout à une confrontation fatale avec Waller dont on a découvert la face obscure.

Jo Nesbø – Rouge-gorge, traduit par Alexis Fouillet- Folio 2000

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *