Babylone

Les livres de la rentrée 2016 ne débordaient pas d’optimisme avec la nounou de Leïla Slimani (Goncourt) qui assassine les bambins qu’elle garde, Jablonka (Médicis) qui se penche sur un fait divers sanglant ou  Gaël Faye (Goncourt des Lycéens) qui raconte le génocide au Burundi ; Yasmina Reza est un peu dans la même veine avec un meurtre domestique. Elle a obtenu le Renaudot avec ce roman mais je suis sans doute plus difficile que le jury de ce prix littéraire car je trouve ce roman sympathique mais loin d’être exceptionnel.

Elisabeth, la narratrice, réunit quelques amis et voisins pour une soirée. Un peu plus tard, dans la nuit, leur voisin Jean-Lino vient leur dire qu’il a tué sa compagne, la tentation est grande de maquiller le crime et Elisabeth va tenter de l’aider.

Les deux font un peu Pieds nickelés et on frise le Grand Guignol dans une histoire peu crédible. Et pourtant ce roman ne me laisse pas indifférent car j’ai l’impression que l’auteur a très bien construit ses personnages, qu’elle ne laisse affleurer qu’une partie de ce qu’ils sont. Que ce soit le couple Jean-Lino/Lydie, celui d’Elisabeth et Pierre ou leurs amis, on découvre en vrac et en désordre des petits pans de leur histoire ou de leur personnalité et on aimerait bien en connaître un peu plus. Il aurait juste fallu mettre autant d’ardeur à fignoler le scénario que les personnages.

Yasmina Reza – Babylone – Flammarion 2016

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *