Le cas Malaussène

Pennac nous ramène Benjamin Malaussène ; et après tout ce temps, c’est toujours un plaisir de retrouver ce héros atypique et sa tribu.

Benjamin passe ses vacances dans le Vercors tout en surveillant Alceste, un des poulains des éditions du Talion qui se sont reconvertis dans les vévés, auteurs de vérité vraie. Il a vieilli notre personnage, ses enfants sont grands et l’ont tous abandonné pour passer leurs vacances aux 4 coins du monde au service d’ONG, et il est touchant dans sollicitude envers ces jeunes adultes.

Le roman s’intéresse aussi à Lapiéta, homme d’affaires à la Tapie, qui doit toucher un joli pactole de fin de mission. Lapiéta est enlevé et bien sûr Benjamin va se trouver mêlé de façon involontaire à cette histoire…

J’avoue que j’étais un peu sceptique, je craignais une resucée insipide mais Pennac sait toujours nous enchanter. Les personnages sont toujours aussi truculents, atypiques, bien campés et le style est fluide. Ce volume est la première partie et j’attends la suite avec impatience… D’ici là, je crois que je vais reprendre les Malaussène car ses petits rappels m’ont donné envie de me replonger dans la série.

Daniel Pennac – Le cas Malaussène, ils m’ont menti – Gallimard 2017

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *