David Hockney

Le Centre Pompidou propose une rétrospective sur David Hockney pour les 80 ans de l’artiste. Cette exposition complète et riche m’a permis de découvrir et d’apprécier un peintre que je ne connaissais que de réputation.

Le début de carrière se déroule sous le signe de l’abstraction puis Hockney, impressionné par l’éclectisme de Picasso, décide de ne pas s’enfermer dans un style ou une école. Il adopte l’acrylique lors de son premier séjour en Californie pour mieux rendre la lumière, c’est à cette période qu’il commence les piscines qui ont fait sa réputation. J’ai bien aimé les différentes peintures présentées où il joue avec les lignes, où le figuratif n’est pas loin du cubisme. C’est gai, coloré, la présence humaine ou le végétal est plus évoquée que soulignée.

A Bigger Splash 1967

Le portrait est un autre aspect de son œuvre qui est largement présenté dans cette expo : des dessins et une série de portraits doubles où il rend différentes ambiances.

Mr and Mrs Clark and Percy 1970-1

American Collectors (Fred and Marcia Weisman) 1968
Le parc des sources, Vichy 1970

La suite de la rétrospective présente encore quelques œuvres intéressantes comme ses peintures de bâtiments, où il joue avec la géométrie, ou les paysages à la perspective déformée ou inversée.

Savings and Loan Building 1967

Même si le résultat est convaincant, on frise le gadget avec ses papiers collés, encore des piscines, et les collages de polaroïds.

Gregory Swimming, Los Angeles 1982

Hockney aime bien cette idée de plusieurs images qui en fait une, il décline ce concept en photos mais aussi en vidéo avec un jolie installation sur les 4 saisons ou des assemblages de tableaux dont la pièce maitresse de 12x 5 mètres qui clôt l’expo.

Bigger Trees Near Warter 2007

Rétrospective David Hockney, Centre Pompidou Paris jusqu’au 23 octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *